Partager le cinéma

Le Blog d’Autour du 1er mai

mercredi 5 juillet 2017

Appel à soutenir le film "Mounana, les blessures invisibles"

La société de production Docks 66 et le réalisateur Éric Michel font appel à votre soutien pour terminer la production du film Mounana, les blessures invisibles, un film sur la ville gabonaise de Mounana, qui, suite à la fermeture de ses mines d'uranium exploitées par Areva, est devenue une ville fantôme.

mounana2.jpg

Au cœur de l’Afrique équatoriale, plus de quinze ans après la fermeture de ses mines d’uranium, la ville de Mounana est tombée dans l’oubli. Dès les années 50, bien décidé à exploiter les richesses de son sous-sol, la France avait stratégiquement construit dans cette région reculée du Gabon, une vaste cité au confort moderne, symbole d’un avenir prometteur. Pendant un demi-siècle les Gabonais ont travaillé de concert avec les Français, et, convaincus qu’ils œuvraient pour l’avenir, ils ont bâtis cette ville qui était alors un eldorado pour un pays tout entier.

Mais à la fin des années 90 la chute du cours du minerai a précipité la fermeture de l’exploitation. Mounana fut peu à peu délaissée, et ses habitants abandonnés dans une région qu’on dit polluée. L’industrie de l’atome n’était pas vraiment la promesse du futur radieux qu’elle exaltait...

Aujourd’hui la plupart des gens de Mounana sont désoeuvrés. A côté des vieux, Roland, Blaise et Florent qui ont vécu l’arrivée des blancs et qui racontent avec émotion leurs souvenirs de la mine et d’un temps qui n’est plus, Jeremy et ses copains encore étudiants balancent entre colère et désillusion ; car pour construire leur vie la plupart n’ont pas d’autre choix que de quitter leur ville. Certains ne baissent pas les bras, à l’image de Millie, qui élève ses enfants avec affection et rigueur entre son job à la mairie, le travail aux champs, et une buvette qu’elle tient avec son mari Constant. Ou encore le «Génie» Tanga, botaniste autodidacte, qui expérimente différentes plantations dans une pépinière qu’il a construit dans la savane et dont il attend beaucoup des résultats. Et puis il y a Bongas. Respecté par tous, ce jeune père de famille qui fut un temps sportif professionnel a créé un club de foot - l’Académie Sport de Mounana - qui donne un cadre aux jeunes de la cité ouvrière. À force de travail le club est passé premier de sa région cette année. Si tout va bien il va pouvoir atteindre la deuxième division nationale… Alors peut-être qu’on reparlera, enfin, de Mounana.

Entre la frustration d’un passé mythique et l’amertume d’un présent difficile y-a-t-il un avenir possible à Mounana ?

Le tournage du film est terminé, mais l'équipe a besoin de financement pour pouvoir procéder au montage et à la post-production !

Pour apporter votre soutien, rendez-vous ici.
Et pour en apprendre davantage, le réalisateur vous parle de ce projet dans cette vidéo.

mercredi 31 mai 2017

Doc & Doc : Traces de vie au Proche-Orient (mardi 20 juin, Forum des images)

La dernière soirée Doc & doc de la saison, organisée par Documentaire sur grand écran et le Forum des images se tiendra le mardi 20 juin. Il vous sera proposé de découvrir en avant-première le film Les Derniers jours d'une ville, de Tamer El Said.

flyer_20_juin_2017_rdeg.jpg

Pour clore la saison, nous invitons le cinéaste égyptien Tamer El Saïd à présenter, avant sa sortie en France, Les derniers jours d’une ville, couronné de la Montgolfière d’Or au dernier Festival des 3 Continents.
Filmer des hommes dans la tourmente du Proche-Orient, c’est la teneur de ce film qui suit le destin de cinéastes tentant de vivre, de penser, de filmer au cœur de villes bouleversées. À travers l’errance mélancolique de Khalid en quête d’une paix intérieure dans la ville du Caire au bord du chaos, le film dresse tout autant le portrait des « derniers jours d’une ville » que celui d’une génération de cinéastes dans cette région du monde en souffrance. Un film prémonitoire ?
Annick Peigné-Giuly, Hélène Coppel,
Documentaire sur grand écran

Rendez-vous mardi 20 juin à 20h30
Au Forum des images
Pour plus de renseignements, cliquez ici !

Ciné Ville Ouverte #2 : Océans, la voix des invisibles (9 juin à 19h00)

Nous vous invitons à la seconde séance du cycle Ciné Ville Ouverte, coordonné par Autour du 1er mai, Babelpop et la Section Paris 10-11 de la Ligue des Droits de l’Homme, autour du thème de la marchandisation des océans. Vous découvrirez le film Océans, la voix des invisibles, de Mathilde Jounot.

facebook-page001.png

Le poisson doit-il nourrir les hommes ou les marchés financiers ? Ce documentaire retrace le parcours d’une réalisatrice qui prépare un sujet sur la disparition des espèces marines, la situation dramatique des mers. Mais au fil de ses recherches, elle découvre que derrière ces messages alarmistes se cachent de grands enjeux financiers. La protection de l’environnement est-elle le seul objectif de certaines ONG environnementalistes  ? N’ont elles pas d’autres objectifs sur les océans  ?

La projection sera suivie d’une rencontre avec la réalisatrice, animée par Yolande Josèphe.

Rendez vous vendredi 9 juin à 19h00
À la fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’homme, 38 rue Saint-Sabin, Paris 11.
Entrée gratuite, libre participation aux frais.
Réservation obligatoire (nombre de places limité) : infos@autourdu1ermai.fr

mardi 23 mai 2017

Filmer Calais : Projections-rencontres au Musée national de l'histoire de l'immigration

Le Musée national de l'histoire de l'immigration, dans le cadre de la résidence Frontières, en partenariat avec le GREC, vous propose une soirée de projections-rencontres autour du thème "Filmer Calais" : plusieurs jeunes réalisateurs et une journaliste calaisienne seront présents pour échanger avec le réalisateur en résidence Ivan Castineiras... Rendez-vous mardi 6 juin à 19h30.

filmer_calais-MNHI.PNG

De l'appel des cinéastes en initiatives individuelles, de documentaire en fiction, Calais ville "jungle" s'impose sur tous les écrans. Que veut dire aujourd'hui filmer Calais ? Cette séance sera l'occasion de voir ou revoir des films qui ont changé nos regards et d'échanger avec celles et ceux qui les ont faits. Nous irons aussi voir "de l'autre coté", coté Anglais, avec le jeune cinéaste Iván Castiñeiras, lauréat 2017 de la résidence Frontières.

Au programme des projections :

  • Border, de Laura Waddington, France, 2004, documentaire, 27 min
  • Un autre jour en France, de Jean-Gabriel Périot, France, 2016, documentaire, 1min51
  • Les corps interdits, de Jérémie Reichenbach, France, 2016, documentaire, 12 min
  • Sur la route, d'Annabelle Amoros, France, 2017, documentaire, 17 min

La soirée sera animée par Chloé Tisserand, journaliste et Stéphanie Alexandre chargée de la programmation cinéma du MNHI en présence de Ivan Castineiras, Annabelle Amoros et Jérémie Reichenbach, réalisateurs.

Rendez-vous mardi 6 juin à 19h30
Au Palais de la Porte Dorée, Auditorium Philippe Dewitte
Plus de renseignements ici

mercredi 26 avril 2017

Suivez-nous pendant les Rencontres…

En ce moment se tiennent les Rencontres cinéma et société, ce qui explique que nous soyons assez peu présents sur ce blog en ce moment…
Néanmoins, pour continuer de nous suivre, nous vous donnons rendez-vous sur nos comptes Twitter et Facebook :

  • Twitter : @autourdu1ermai
  • Facebook : ici

Et, pour tout connaître des dates et heures de projection, c'est ici !

Affiche_rencontres2017_-_leger.png

mercredi 5 avril 2017

Emmanuelle Riva, c'est ton nom - projection du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir (11 avril, Paris)

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir et le Forum des Images vous proposent de venir découvrir le film Emmanuelle Riva, c'est ton nom, de Michelle Porte.

Emmanuelle Riva, c'est ton nom

Emmanuelle Riva se raconte avec une vivacité et un enthousiasme contagieux. La seule force de son éloquence, soutenue par quelques photos et des entretiens, fait resurgir une vie dédiée à la passion du métier de comédienne. Son goût pour le métier lui est venu toute jeune avec le plaisir des mots et du jeu "Je quittais terre quand je lisais pour la classe". Emmanuelle Riva décrit cet état de stupeur qui propulse hors de soi et se remémore ses débuts au théâtre et ses rôles au cinéma.


La projection sera suivie d'une rencontre avec Michelle Porte, réalisatrice du film.

Rendez-vous mardi 11 avril à 21h00
Au Forum des images
Pour plus de renseignements, rendez-vous ici !_

jeudi 30 mars 2017

Festival Alternatives solidaires : appel à films

Le festival vidéo des Alternatives Solidaires est organisé par la Chaire Économie sociale et solidaire de l'Université Paris-Est Marne la Vallée depuis six ans, en partenariat avec Rapsode production, dans le cadre de la Journée de l'ESS, une rencontre annuelle visant à marquer la rentrée universitaire par un événement en lien avec l'économie sociale et solidaire. L'appel a films pour l'édition 2017 est lancé !

Le Festival vidéos des "Alternatives Solidaires", change de formule en 2017 : il devient un festival consacré à toutes les initiatives solidaires et sera organisé sur une journée entière. De plus, la Fédération Léo Lagrange s'associe au Festival en proposant à ses centres d'animation sociale de réaliser des vidéos solidaires.

Le Festival souhaite valoriser par l'image les réalités et les innovations sociales en faveur de la solidarité avec une dimension alternative : les vidéos doivent mettre en scène des alternatives concrètes.

Le Festival "Alternatives Solidaires" aura lieu le 29 septembre, Au Petit Théâtre de l'Arche Ville de Torcy.

Les films peuvent être envoyés par tout citoyen, sans restrictions d'âge ni de catégorie sociale et professionnelle, car les Vidéos Solidaires sont aussi des outils de sensibilisation à la solidarité et au mieux vivre ensemble.

Retrouvez la sélection des films des éditions précédentes, ainsi que leurs synopsis en cliquant ici.

Comment participer ?

  • Consultez et téléchargez l’appel à film (contenant notamment le règlement), la fiche d’inscription et le cahier indicatifs en cliquant ici.
  • Réalisez votre film !
  • Envoyez-le avec votre fiche d’inscription remplie selon les modalités et à l’adresse indiquées dans l’appel à film (section « Envoi du film ») avant le 16 juin 2017 !

Dates ?

  • Envoi des fiches d’inscriptions et des films : jusqu'au 16 juin 2017
  • Sélection des films : du 17 juin au 31 juillet 2017
  • Projections, votes et remise des prix : le 29 septembre 2017

Qui ?
Le festival Vidéos Solidaires est un festival à but non-commercial, l'entrée et la participation sont libres et gratuites. Le festival est ouvert à tous, sans restrictions d'âge ni de catégorie sociale et professionnelle, ainsi qu’à toute structure souhaitant participer au festival conformément aux thèmes et modalités énoncés dans l’appel à film (cf. les sections « concours » et « règlement »)

Récompenses ?
Dans le cadre du festival, à l'issue des projections, deux prix de 500 € chacun seront décernés :

  • un prix du Jury
  • un prix du Public

Le Jury sera composé des réalisateurs des films primés en 2016, de professionnels de l'image, d'acteurs de l'ESS, de représentants d'institutions et d'entreprise de l'ESS franciliennes, d'étudiants, représentant de Léo Lagrange et de Casden BP.
Chacun des films primés recevra un prix de 500€ offerts par la CASDEN BP, et sera promu et valorisé par la diffusion au sein des réseaux et des évènements de l'ESS.

mardi 28 mars 2017

Communiqué de la Boucle documentaire : DE L’URGENCE D’UNE POLITIQUE CULTURELLE AMBITIEUSE

Nous relayons un communiqué de la Boucle documentaire, qui regroupe des associations d’auteur-e-s-réalisateur-rice-s nationales et régionales.


En ces temps de promesses et de constructions des politiques culturelles à venir, nous souhaitons partager nos vives inquiétudes, à l’endroit qui est le nôtre, celui des auteurs(es) et réalisateurs(trices) de documentaires de création.

Les deux piliers qui ont structuré la politique culturelle depuis André Malraux, sont : la diversité des formes et l’accès de tous à cette diversité. Mais dans le domaine de la télévision et du cinéma, depuis quelques années, le marché dicte l’accès et impose une uniformité des contenus. Si la création repose sur une économie, elle ne peut pas uniquement répondre aux principes qui régissent la majorité des secteurs, ceux de l’offre et de la demande. Car la culture n’est pas une activité économique comme les autres.

Nous craignons, en l’absence d’un engagement fort et lisible en matière de politique culturelle, une abdication des pouvoirs publics face aux lois du marché. C’est pourquoi nous appelons les candidats aux futures élections à préciser leurs projets.

La circulation des images est au cœur de tous les mouvements d’opinions, de toutes les stratégies politiques, de tous les événements de la vie sociale, qu’ils soient locaux ou internationaux. Les pouvoirs publics ne peuvent pas faire l’économie d’une réflexion responsable sur la production des images et leur diffusion.

Le documentaire de création est l’art du lien, de la rencontre, d’un regard ouvert et complexe sur le monde qui donne la parole aux autres, qui offre une diversité de récits et de représentations. Les spectateurs ne s’y trompent pas, tant l’intérêt est croissant pour les films documentaires diffusés dans les festivals, au cinéma, à la télévision et sur internet. Or, au regard de l’intérêt général pour le genre, l’économie du documentaire de création est trop fragile et sa diffusion, trop limitée. Il nous apparaît donc vital de renforcer la politique de soutien à son endroit, au nom de la mission de service public confiée à l’Etat par les citoyens.

Ainsi, l’Etat doit se préoccuper davantage de la diffusion des œuvres, seule façon de pérenniser son engagement dans la création. Il est aujourd’hui indispensable de redéfinir les objectifs de la politique culturelle de manière globale, par la nécessaire articulation de tous les champs d’intervention publique, de l’écriture à la diffusion.

Cette redéfinition de la politique culturelle est d’autant plus urgente que les usages numériques modifient déjà profondément le rapport des spectateurs aux œuvres. Le monde que l’on qualifie de « virtuel » est économiquement bien réel, et ses acteurs n’ont donc aucune raison d’échapper aux règles fiscales et à la nécessaire contribution de l’ensemble des diffuseurs d’œuvres au financement de la création. L’Etat doit également accompagner la révolution numérique par des régulations garantissant l’accès à la diversité des œuvres sur internet.

Construire la politique culturelle de demain, c’est de ce fait choisir entre laisser faire le marché et ceux qui en tiennent les rênes, ou proposer une pensée en actes pour retisser le lien entre les citoyens.

Nous, auteurs(es) réalisateurs(trices) de documentaires de création, sommes à l’endroit de la transversalité, présents à toutes les étapes de la vie des œuvres. Nous en appelons aux forces politiques qui se présentent aujourd’hui devant les Français. Le Ministère de la culture devra prendre une place centrale dans le nouveau quinquennat qui s’ouvrira en 2017. Nous y serons vigilants, et sommes disponibles pour œuvrer ensemble à redéfinir les fondements d’une politique culturelle humaniste et tournée vers l’avenir.

Les auteurs(es)-réalisateurs(trices) de « La Boucle documentaire »

« La Boucle Documentaire » est un réseau de 14 organisations d’auteurs-réalisateurs, structurées au niveau national et régional. AARSE (Association des Auteurs Réalisateurs du Sud-Est – Provence-Alpes-Côte d’Azur)
ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion)
ADDOC (Association des cinéastes documentaristes)
ALRT (Association Ligérienne des Réalisateurs et Techniciens – Pays de la Loire)
ARBRE (Auteurs Réalisateurs en Bretagne)
ATIS (Auteurs de l’Image et du Son en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes)
APARR (Association des Professionnels Audiovisuel Rhin-Rhône – Bourgogne-Franche-Comté)
Le Plateau (Association des cinéastes, auteurs et réalisateurs de l’image et du son en Auvergne)
Les Petites Caméras (Association de Cinéastes en Bourgogne)
REAL (Association des Réalisateurs, Expérimentateurs et Auteurs en Languedoc-Roussillon)
SAFIRE (Société des Auteurs de Films Indépendants en Région Est)
SAFIR Haut de France (Société des Auteurs de Films Indépendants en Région – Hauts-de-France)
SFR-CGT (Syndicat Français des Réalisateurs)
SRF (Société des Réalisateurs de Films)



Contacts pour le réseau :
Addoc / SRF – 14 rue Alexandre Parodi – 75010 Paris
Charlotte Grosse (Addoc) 01 44 89 99 88 / courrier@addoc.net
Bénédicte Hazé (SRF) 01 44 89 99 70 / bhaze@la-srf.fr

jeudi 16 mars 2017

Temps fort consacré à la Syrie (Paris, 17 et 18 mars)

Le Tarmac accueille pour deux jours, dans le cadre de l'événement "Traversées du monde arabe", deux jours de manifestations consacrée à la Syrie,en lien avec l’association Souria Houria.

justice_poissons.PNG

Au programme :

Vendredi 17 mars :

  • une exposition photo, des projections vidéos en boucle
  • à partir de 18H30, sur le stand livre, présence de Hala Kodmani qui signera son nouveau livre Seule à Raqqa et Nicolas Hénin qui signera sa nouvelle bande dessinée Haytham, une jeunesse syrienne.
  • À 20h représentation de la pièce De la justice des poissons avec la comédienne syrienne Nanda Mohammad.

Samedi 18 Mars :

  • une exposition photo, des projections vidéos en boucle
  • 16h00 : représentation de la pièce De la justice des poissons à 16h suivie par un débat "Nous, eux, tous : dans quelles(s) langue(s) parle la justice des hommes aujourd'hui ?

Plus de détails ici et ou encore .

mercredi 15 mars 2017

Prochaine soirée rendez-vous des docs "Contre-pouvoirs : les lucioles en colère" (lundi 20 mars)

Documentaire sur grand écran vous convie à sa prochaine soirée Rendez-vous des docs, dont la thématique, pour cette année, est "Contre-pouvoirs". Au programme, la projections de deux documentaires : On ira à Neuilly, inch'allah, d'Anna Salzberg et Mehdi Ahoudig, et Djama Mourouti La, de Frédérique Lagny. Les auteurs seront présent à l'issue de la projection.

flyer_rvddocs_20_mars_2017.jpg

  • On ira à Neuilly inch'allah, d'Anna Salzberg et Mehdi Ahoudig, 2015, 20 mn

A Paris, de jeunes travailleurs de Vélib’ apprennent la lutte et tentent de s’organiser lors de leur première journée de grève. Par son dispositif, le film interroge la relation tendue entre image et son au cinéma.

  • Djama Mourouti La, Frédérique Lagny, 2016, 49 mn

Trente ans après la Révolution Démocratique et Populaire menée par Thomas Sankara, la chute du régime de Blaise Compaoré est à l’horizon. Le peuple burkinabè, et notamment sa jeunesse, se mobilise avec force, invente de nouveaux outils et slogans de contestation citoyenne. L’action se déroule à Bobo-Dioulasso, la seconde ville du pays.

Rendez-vous lundi 20 mars à 20h00
Au MK2 Quai de Loire
Toutes les informations sont à retrouver ici

lundi 6 mars 2017

Bretagne et diversité : 700 films emblématiques de la diversité culturelle dans le monde

Petit focus aujourd'hui sur le site BED - Bretagne et diversité, qui recense 700 films emblématiques de la diversité culturelle dans le monde, né en Bretagne, en lien avec le festival de Douarnenez.

BED.PNG

Bretagne et diversité, c'est :

  • 700 films en accès libre (dont 350 en intégralité), 13 peuples (autochtones, métissés, sans état, en lutte), 10 thématiques, 39 éditions du Festival de Cinéma de Douarnenez et 70 réalisateurs interviewés !
  • Un projet généreux, pour voir et revoir gratuitement des films emblématiques de la diversité culturelle dans le monde, des documentaires sur les peuples minoritaires, des interviews de réalisateurs engagés et passionnés.
  • Un outil pédagogique en accès libre, pour rassembler des ressources, et les re-partager.
  • Une entrée par peuple avec chaque fois, pour contextualiser les images, une carte, la contribution d'un universitaire sur le sujet et un focus sur le cinéma.
  • Un site-ressource, un outil pour les étudiant.e.s autant que pour leurs professeur.e.s, pour les chercheurs, les chercheuses, les curieuses et les curieux à explorer de fond en comble pour alimenter des projets et des filmographies !

jeudi 2 mars 2017

Campagne de financement participatif pour le film "ECUADOR, mon pouvoir dans la constitution ?"

Nous relayons aujourd'hui un appel pour soutenir la production du film ECUADOR, mon pouvoir dans la constitution ?


Nous sommes heureux de vous présenter notre documentaire long-métrage indépendant sur la révolution citoyenne en Équateur, avec ses points positifs et ses contradictions, avec ses liens et ses discordes avec l'Europe : ECUADOR, mon pouvoir dans la constitution ? (le titre du film fait référence à la phrase écrite sur le bandeau présidentiel équatorien)

Nous vous laissons découvrir la bande annonce du film et la vidéo du financement participatif, permettant de pré-acheter le dvd : https://www.touscoprod.com/fr/ecuador

ecuador.jpg

LE PROJET :

L'Équateur est un pays connu de tous, avec ses îles Galápagos, ses volcans, son chocolat, son café, ses roses et ses chapeaux de Panama... Mais ce petit pays d'Amérique du Sud fait preuve d'une originalité politique et économique malheureusement trop méconnue. Notre idée ? Faire découvrir et comprendre ce que sont la "Révolution Citoyenne" et le "Buen Vivir" à travers un voyage du Nord au Sud, de la côte à la sierra, à la rencontre d'une population multiethnique et multiculturelle.

Les événements qui animent l'Équateur sont des sources de réflexion importantes sur la situation de la France actuelle. A l'image des élections présidentielles qui auront lieu en Équateur en Février et en France en Mai, le documentaire crée des ponts entre ces deux pays très différents et pourtant très liés !

UN FINANCEMENT PARTICIPATIF, POURQUOI ?

Nous sommes deux français et un équatorien: François, Florian et Matias. Jeunes et indépendants, nous avançons depuis maintenant 3 ans avec notre argent et beaucoup de motivation. Mais pour que le film soit achevé dans de bonnes conditions et pour qu'il soit diffusé, il nous faut plus de moyens !

Pourquoi ? Pour l'achat des images d'archives, de la musique, les frais d'inscriptions en festivals et les frais de communication (fabrication des supports de diffusion, affiches, flyers, déplacements...), payer des professionnels spécifiques pour le calibrage du son et de la couleur, etc. Les frais sont donc importants et toute aide est bonne à prendre !

POUR NOUS AIDER ?

Lien du financement participatif: https://www.touscoprod.com/fr/ecuador (jusqu'au 16 avril)

Pour toutes questions, demandes d'information, ou pour nous proposer votre aide, qui sera la bienvenue, une seule adresse: projet.ecuador@gmail.com

mardi 28 février 2017

Appel à films sur le thème de la critique sociale

Dans le cadre du festival de films libres de critique sociale, qui se tiendra les 12, 13 et 14 mai 2017, au cinéma l’Univers à Lille, le collectif Lent Ciné lance un appel à films.

appellccs1.jpg

Collectif de production audiovisuelle au sein des Objecteurs de Croissance de Lille, Lent ciné se donne pour objectif la création d’œuvres qui font réfléchir, dans le but d’essaimer les idées de la décroissance, mais aussi le partage de savoir, notamment technique, pour permettre au plus grand nombre de s’exprimer.

Cette année, Lent ciné organise son premier festival de films. Pendant trois jours, nous diffuserons les œuvres retenues sur le thème de la critique sociale, dans lesquelles seront mis en avant des points de vue en images sur d’autres manières de penser la société. Notamment à travers les luttes contre le capitalisme et son monde, contre toutes les formes d’oppression et de domination, et pour la décolonisation des imaginaires. Documentaire, fiction, animation, toutes formes cinématographiques sont les bienvenues, sans limite de temps.

Nous souhaitons avec ce festival prendre le temps de discuter, se confronter, découvrir, se laisser surprendre, réfléchir. Toutes les séances seront accompagnées, et nous inviterons quelques membres de l’équipe des films.

Conditions :

  • L’inscription et la participation sont gratuites.
  • L’inscription se fait en ligne sur le site www.lentcine.oclille.fr.
  • La date limite d’inscription est le vendredi 10 mars 2017 à minuit.
  • Sans limite de temps.
  • Les films proposés devront être libres de droit.
  • Les films sont à soumettre via une plate-forme d’hébergement vidéo ou de fichiers ou sur support physique. Si vous voulez nous envoyer un support physique, merci de nous contacter par mail.

Pour plus de renseignements, rendez-vous ici !

jeudi 23 février 2017

Documentaire sur grand écran publie une lettre ouverte au CNC

Lettre ouverte à Frédérique Bredin, présidente du CNC

QUE VIVE LE DOCUMENTAIRE SUR GRAND ECRAN !

A sa création en 1992, Documentaire sur grand écran (DSGE) se donnait pour mission l’aide au retour du cinéma documentaire en salles. Aujourd’hui, après des années d’un travail de distribution et de diffusion, c’est près d’une centaine de films documentaires qui sortent en salles chaque année. Pour autant rien n’est acquis, et le grand écran reste un enjeu essentiel pour la rencontre des films documentaires avec les publics.

C’est dans ce contexte que Documentaire sur grand écran a -plus que jamais- un rôle essentiel à jouer. Tant par le travail d’accompagnement de nouveaux films, par la sortie des documentaires de patrimoine, par le travail de formation de programmateurs ou d’exploitants. DSGE continue d’assurer le lien indispensable entre les auteurs, l’histoire du genre et le public en salles. Tous les professionnels le savent : la distribution et l’exploitation en salles d’un film documentaire se travaillent toujours d’une façon singulière et l’accompagnement du film est la clé de la réussite de sa sortie.

Or, depuis un an, notre principal financeur, le CNC, nous exhorte à mutualiser nos activités avec diverses associations actives, elles, sur d’autres terrains du champ du documentaire. A défaut d’obtempérer, l’association est menacée d’une très lourde diminution de la subvention du CNC, qui pourrait signifier sa disparition à brève échéance.

Ceci, au moment même où le CNC est missionné par le ministère de la Culture pour mettre en chantier -avant les élections- une « Cinémathèque du documentaire ». Ce projet, initié par la SCAM, réunit des structures travaillant sur la diffusion et l’information en ligne, la télévision et les bibliothèques : la SCAM, Images en Bibliothèques, la plateforme VOD Tënk, la Bibliothèque Publique d’Information, la Bibliothèque Nationale de France, le site ressources film-documentaire.fr… sous la houlette de la Direction du patrimoine cinématographique du CNC. Les salles de cinéma sont inexplicablement absentes du projet… Tout comme DSGE, alors que l’association est un parfait outil pour inscrire la diffusion en salles dans ce projet.

Nous nous alarmons de la portée de ces menaces qui pèsent sur une association dédiée à la promotion et à la diffusion du documentaire sur grand écran. Comment penser une cinémathèque qui se veut un réseau national de diffusion, sans y associer les salles de cinéma ? Serait-il question de cantonner le documentaire aux plateformes numériques, aux cinémathèques, à la télévision et aux bibliothèques ?

C’est pourquoi nous demandons au CNC :

- La levée des menaces qui pèsent sur l’avenir de l’association « Documentaire sur grand écran » - La participation de « Documentaire sur grand écran » au groupe de création de la « Cinémathèque du documentaire » - Le renforcement des moyens de l’association afin de mettre en œuvre des propositions constructives en direction des salles dans le cadre du projet de « Cinémathèque du documentaire »

Le conseil d’administration de Documentaire sur grand écran :

Annick PEIGNE-GIULY (journaliste, présidente de DSGE et de Corsica.Doc) Arlène GROFFE (exploitante, Ciné 104 Pantin) Colette PIAULT (cinéaste, anthropologue, cofondatrice de DSGE) Richard COPANS (réalisateur, producteur Les Films d’Ici) Maïté PELTIER (programmatrice, Festival Filmer le travail) François CAILLAT (réalisateur) Jean-Yves de LEPINAY (Président d’Images en bibliothèques) Gérard COLLAS (producteur, INA) Marie BALDUCCHI (productrice, Agat Films) Elena JIMENEZ (Cinémathèque de Tanger, Les Films de la Villa) Michèle SOULIGNAC (Directrice Périphérie) Jean-Michel AUSSEIL (co-fondateur de DSGE, administrateur du Festival CinéSalé)

Pour signer cette pétition, rendez-vous ici.

lundi 13 février 2017

14ème édition du festival Bobines sociales 2017 (Paris et région parisienne, du 19 au 26 février)

Cette 14ème édition du Festival Bobines Sociales vous propose une mosaïque de regards portés sur ces luttes qui sont aussi les nôtres, à travers des projections « hors les murs » et à La Bellevilloise.

Affiche2017_bobinessociales.png

Certains récupèrent, partagent, font du plein avec des riens.
D’autres traversent les océans pour fuir un monde invivable et échouent dans des camps qui ne le sont pas moins.
Quelques irréductibles font le choix de rester quand d’autres quittent leur univers sinistré.
Les uns saisissant les armes, d’autres empoignent les mots.
Du 19 au 26 février, à travers des projections « hors les murs » gratuites en semaine et à prix Bobines le week-end à La Bellevilloise, cette édition du Festival Bobines Sociales est une mosaïque de regards portés sur ces luttes qui sont aussi les nôtres.

Quelques films au programme :

Le programme est à retrouver ici !

mardi 7 février 2017

Appel à films pour le festival de cinéma politique de Buenos Aires (jusqu'au 22 février)

Le Festival international de cinéma politique, dont la 7ème édition se tiendra en mai prochain à Buenos Aires, est à la recherche de films pour sa prochaine programmation ! Vous avez jusqu'au 22 février pour proposer de films.

7_-FICIP-Convocatoria-copy.jpg

Le 7ème Festival international de cinéma politique (FICIP) se tiendra à Buenos Aires au mois de mai 2017, et propose de faire connaître et diffuser les œuvres cinématographiques autour du thème politique, étant entendu que chaque histoire, événement, combat, plainte sont des faits politiques qui nous traversent et qui concernent la communauté.
L'appel à films est ouvert aux longs, moyens et courts métrages, argentins ou internationaux, qui proposent un point de vue politique sur la société, qu'ils soient de fiction, documentaire, animation… terminés depuis le 1er janvier 2014.

Pour plus d'informations :

Pour enregistrer votre inscription, c'est ici !

jeudi 19 janvier 2017

2 projections-rencontres au Musée de l'Histoire de l'immigration (jeudi 2 février)

Jeudi 2 février, rendez-vous au Musée de l'histoire de l'immigration pour deux séances de projections-rencontres à ne pas rater !

CNHI_2fev2017.JPG

  • 12h30 : ciné-midi => L'Amour existe

Tous les premiers jeudis du mois, le Palais de la Porte Dorée vous propose de découvrir un ou plusieurs films courts pendant la pause déjeuner. L’occasion de rencontrer de jeunes réalisateurs talentueux et prometteurs.

Pour cette cinquième séance, deux films sont présentés : Vers la tendresse d'Alice Diop et Guy Moquet de Demis Herenger

Avant-première du film réalisé dans le cadre de la résidence du Grec 2016 et lancement de la résidence 2017.

Rendez-vous jeudi 2 février à 12h30 et 19h30
À l'Auditorium Philippe Dewitte, Musée national de l'Histoire de l'immigration
Tous les renseignements pratiques sont à retrouver ici et .

jeudi 12 janvier 2017

Prochaine soirée Doc & doc : deux amis, un cheval et quelques poulets (mardi 17 janvier)

Documentaire sur grand écran et le Forum des images vous convient à la prochaine soirée Doc & doc, avec la projection de deux films : Cocorico! Monsieur Poulet, de Jean Rouch, et Bienvenue la chance, de Gaspard Hirschi et Emmanuel Lautréamont.

flyer_17_janv_2017_rdeg_envoi_1_0.jpg

L’humeur burlesque, le goût amer de la poésie… C’est cet esprit rouchien qui plane sur le film des jeunes Lautréamont/Hirschi. Cocorico ! Monsieur Poulet et Bienvenue la chance : deux fables sur la quête du bonheur, la malchance flamboyante.
Quarante années séparent ces deux films, mais ils semblent faits d’un même goût pour le hasard, les accidents de parcours, les personnages à risque… un cinéma qui jubile du pouvoir fictionnel du réel. Les aventures des deux amis filmées par Jean Rouch dans Cocorico ! Monsieur Poulet trottaient évidemment dans la tête d’Emmanuel Lautréamont et de Gaspard Hirschi en suivant leurs deux lascars de Bienvenue la chance. Il faut ce même rapport crânement joueur au cinéma et aux personnages pour tenir le pari de ce film jusqu’à son terme.
Annick Peigné-Giuly, présidente de Documentaire sur grand écran

Au programme :

La séance de 21h00 sera suivie d'une discussion avec les cinéastes Gaspard Hirschi et Emmanuel Lautréamont, et Hervé Gauville, critique d'art, membre du jury Corsica doc 2016.

Rendez-vous mardi 17 janvier à 19h00 et 21h00
Au Forum des Images, Paris
Pour plus de renseignements, rendez-vous ici

mercredi 11 janvier 2017

Rendez-vous des docs : Un paese di Calabria (16 janvier 2017)

Documentaire sur Grand écran vous convie à son prochain Rendez-vous des docs autour de la thématique "contre-pouvoirs", avec la projection du film Un Paese di Calabria, de Shu Aiello et Catherine Catella.

flyer_rvdd_16_janv_2017_rdeg.jpg

Rosa Maria a quitté le village un jour d’été 1931 pour en fuir la misère.
Depuis, les gens de Riace ont regardé les maisons se couvrir de lierre et les terres s’appauvrir. Ils ont pris l’habitude de scruter la mer depuis leurs collines et continuent de chérir leurs deux saints patrons Cosma et Damiano venus d’Orient.
Un jour, Baïram a accosté sur la plage de Riace avec deux cent autres kurdes. Il a décidé de s’y installer. Aujourd’hui, les gens de Riace s’appellent Roberto, Ousmane, Emilia, Mohamed. Ils ne possèdent pas grand-chose mais ils inventent au jour le jour leur destinée commune.

La projection sera suivie d'une rencontre avec les cinéastes Shu Aiello et Catherine Catella

Rendez-vous lundi 16 janvier 2017 à 20h00
Au MK2 Quai de Loire, Paris
Tous les renseignements pratiques sont à retrouver ici

19èmes rencontres du CCPPO (19-22 janvier 2017)

Le CCPO (Le Centre Culturel Populaire de Palente-les-Orchamps) vous convie à quatre jours de projections-rencontres, au cinéma Kursaal de Besançon, à l'occasion de ses 19èmes rencontres annuelles, avec un programme qui oscille entre horreur et humour.

CCPPO2017.PNG

Au programme :

  • The Act of killing, de Joshua Oppenheimer
  • Voyages en Grèce par temps de crise, sélection de courts-métrages de fiction
  • La Belle vie, Robert Enrico
  • Des jours et des nuits sur l'Aire, Isabelle Ingold
  • La Sociale, Gilles Perret
  • L'Ordre moins le pouvoir, Victor Desjobert
  • La Cigale, le corbeau et les poulets, Oliviez Azam
  • Manuela, CCPPO
  • La Comédie du travail, Luc Moullet
  • Genèse d'un repas, Luc Moullet

Rendez-vous du 19 au 22 janvier 2017
Au cinéma Kursaal, à Besançon
Le programme est à retrouver ici
Et un texte de présentation des rencontres,

- page 1 de 23