Partager le cinéma

Le Blog d’Autour du 1er mai

Du côté de nos partenaires

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 25 septembre 2017

Cinquième appel à projet Frontières pour une résidence de réalisation au Musée de l'histoire de l'immigration (avant le 27 octobre)

Le Musée de l'histoire de l'immigration lance l'appel à projet Frontières. Cette résidence de réalisation s’inscrit dans la volonté commune au Grec et à l’Établissement public du Palais de la Porte Dorée de favoriser et valoriser des projets artistiques audacieux et innovants sur la thématique de l’immigration en s’appuyant sur l’offre patrimoniale, muséale, documentaire, scientifique et culturelle du Musée national de l’histoire de l’immigration.

Cette résidence vise à soutenir un réalisateur/trice dans le développement d'un projet de court-métrage jusqu'à sa production en lui octroyant une bourse pendant 6 mois.

frontieres_cnhi_2018.jpg

Durant six mois le /la résident/e s’engage à :

  • Finaliser l’écriture, préparer et réaliser un court métrage autour des thèmes des migrations et de l’exil. Fiction, documentaire, animation, expérimental, film d’art, webdocumentaire, etc. sont acceptés.
  • Concevoir et mettre en œuvre des animations et rencontres à destination des publics du Musée :
  • Concevoir et animer des ateliers pour les publics du Musée à raison de deux séances (de deux ou quatre heures selon la nature des ateliers) par mois, de janvier à mars 2018.
  • Organiser trois événements autour de la résidence et plus précisément :
    • Une présentation illustrée du projet de résidence à l’occasion de son lancement (9 janvier 2018)
    • Une projection-rencontre construite autour d’un programme de courts métrages choisis par le résident pour leur pertinence au regard du projet développé dans le cadre de la résidence et accompagnée d’une discussion avec des invités de son choix (artistes, écrivains, réalisateurs, musiciens, historiens, scientifiques, etc.) (13 mars 2018)
    • Une présentation du projet en cours après 4 mois de résidence à l’occasion d’une séance de "Ciné-midi".
  • Produire un carnet de résidence en ligne, par exemple sous la forme d’un blog (textes, images, enregistrements sonores, vidéos, etc.) afin de présenter régulièrement (deux fois par mois minimum) l’avancée de son projet.

Cette résidence peut bénéficier de l’aide de la Sacem à la création de musique originale si celle-ci participe pleinement du projet et constitue une part intégrante du film.

Le film réalisé sera proposé aux différents circuits de diffusion du Grec (festivals, projections en salles, Agence du court métrage, Forum des images, télévisions, web...) et intégré au catalogue de la médiathèque du Musée national de l’histoire de l’immigration.

Calendrier

  • Date limite de candidature : vendredi 27 octobre 2017
  • Annonce des candidats présélectionnés : semaine du 11 décembre
  • Entretiens avec les candidats présélectionnés : semaine du 18 décembre
  • Soirée de lancement de la résidence 2018 et restitution de la résidence 2017 : mardi 9 janvier 2018
  • Résidence du 02 janvier au 29 juin 2018

Plus d'information ici.
Et le dossier d'inscription est à télécharger .


Les résidences précédentes :

mardi 23 mai 2017

Filmer Calais : Projections-rencontres au Musée national de l'histoire de l'immigration

Le Musée national de l'histoire de l'immigration, dans le cadre de la résidence Frontières, en partenariat avec le GREC, vous propose une soirée de projections-rencontres autour du thème "Filmer Calais" : plusieurs jeunes réalisateurs et une journaliste calaisienne seront présents pour échanger avec le réalisateur en résidence Ivan Castineiras... Rendez-vous mardi 6 juin à 19h30.

filmer_calais-MNHI.PNG

De l'appel des cinéastes en initiatives individuelles, de documentaire en fiction, Calais ville "jungle" s'impose sur tous les écrans. Que veut dire aujourd'hui filmer Calais ? Cette séance sera l'occasion de voir ou revoir des films qui ont changé nos regards et d'échanger avec celles et ceux qui les ont faits. Nous irons aussi voir "de l'autre coté", coté Anglais, avec le jeune cinéaste Iván Castiñeiras, lauréat 2017 de la résidence Frontières.

Au programme des projections :

  • Border, de Laura Waddington, France, 2004, documentaire, 27 min
  • Un autre jour en France, de Jean-Gabriel Périot, France, 2016, documentaire, 1min51
  • Les corps interdits, de Jérémie Reichenbach, France, 2016, documentaire, 12 min
  • Sur la route, d'Annabelle Amoros, France, 2017, documentaire, 17 min

La soirée sera animée par Chloé Tisserand, journaliste et Stéphanie Alexandre chargée de la programmation cinéma du MNHI en présence de Ivan Castineiras, Annabelle Amoros et Jérémie Reichenbach, réalisateurs.

Rendez-vous mardi 6 juin à 19h30
Au Palais de la Porte Dorée, Auditorium Philippe Dewitte
Plus de renseignements ici

mercredi 5 avril 2017

Emmanuelle Riva, c'est ton nom - projection du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir (11 avril, Paris)

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir et le Forum des Images vous proposent de venir découvrir le film Emmanuelle Riva, c'est ton nom, de Michelle Porte.

Emmanuelle Riva, c'est ton nom

Emmanuelle Riva se raconte avec une vivacité et un enthousiasme contagieux. La seule force de son éloquence, soutenue par quelques photos et des entretiens, fait resurgir une vie dédiée à la passion du métier de comédienne. Son goût pour le métier lui est venu toute jeune avec le plaisir des mots et du jeu "Je quittais terre quand je lisais pour la classe". Emmanuelle Riva décrit cet état de stupeur qui propulse hors de soi et se remémore ses débuts au théâtre et ses rôles au cinéma.


La projection sera suivie d'une rencontre avec Michelle Porte, réalisatrice du film.

Rendez-vous mardi 11 avril à 21h00
Au Forum des images
Pour plus de renseignements, rendez-vous ici !_

mardi 28 mars 2017

Communiqué de la Boucle documentaire : DE L’URGENCE D’UNE POLITIQUE CULTURELLE AMBITIEUSE

Nous relayons un communiqué de la Boucle documentaire, qui regroupe des associations d’auteur-e-s-réalisateur-rice-s nationales et régionales.


En ces temps de promesses et de constructions des politiques culturelles à venir, nous souhaitons partager nos vives inquiétudes, à l’endroit qui est le nôtre, celui des auteurs(es) et réalisateurs(trices) de documentaires de création.

Les deux piliers qui ont structuré la politique culturelle depuis André Malraux, sont : la diversité des formes et l’accès de tous à cette diversité. Mais dans le domaine de la télévision et du cinéma, depuis quelques années, le marché dicte l’accès et impose une uniformité des contenus. Si la création repose sur une économie, elle ne peut pas uniquement répondre aux principes qui régissent la majorité des secteurs, ceux de l’offre et de la demande. Car la culture n’est pas une activité économique comme les autres.

Nous craignons, en l’absence d’un engagement fort et lisible en matière de politique culturelle, une abdication des pouvoirs publics face aux lois du marché. C’est pourquoi nous appelons les candidats aux futures élections à préciser leurs projets.

La circulation des images est au cœur de tous les mouvements d’opinions, de toutes les stratégies politiques, de tous les événements de la vie sociale, qu’ils soient locaux ou internationaux. Les pouvoirs publics ne peuvent pas faire l’économie d’une réflexion responsable sur la production des images et leur diffusion.

Le documentaire de création est l’art du lien, de la rencontre, d’un regard ouvert et complexe sur le monde qui donne la parole aux autres, qui offre une diversité de récits et de représentations. Les spectateurs ne s’y trompent pas, tant l’intérêt est croissant pour les films documentaires diffusés dans les festivals, au cinéma, à la télévision et sur internet. Or, au regard de l’intérêt général pour le genre, l’économie du documentaire de création est trop fragile et sa diffusion, trop limitée. Il nous apparaît donc vital de renforcer la politique de soutien à son endroit, au nom de la mission de service public confiée à l’Etat par les citoyens.

Ainsi, l’Etat doit se préoccuper davantage de la diffusion des œuvres, seule façon de pérenniser son engagement dans la création. Il est aujourd’hui indispensable de redéfinir les objectifs de la politique culturelle de manière globale, par la nécessaire articulation de tous les champs d’intervention publique, de l’écriture à la diffusion.

Cette redéfinition de la politique culturelle est d’autant plus urgente que les usages numériques modifient déjà profondément le rapport des spectateurs aux œuvres. Le monde que l’on qualifie de « virtuel » est économiquement bien réel, et ses acteurs n’ont donc aucune raison d’échapper aux règles fiscales et à la nécessaire contribution de l’ensemble des diffuseurs d’œuvres au financement de la création. L’Etat doit également accompagner la révolution numérique par des régulations garantissant l’accès à la diversité des œuvres sur internet.

Construire la politique culturelle de demain, c’est de ce fait choisir entre laisser faire le marché et ceux qui en tiennent les rênes, ou proposer une pensée en actes pour retisser le lien entre les citoyens.

Nous, auteurs(es) réalisateurs(trices) de documentaires de création, sommes à l’endroit de la transversalité, présents à toutes les étapes de la vie des œuvres. Nous en appelons aux forces politiques qui se présentent aujourd’hui devant les Français. Le Ministère de la culture devra prendre une place centrale dans le nouveau quinquennat qui s’ouvrira en 2017. Nous y serons vigilants, et sommes disponibles pour œuvrer ensemble à redéfinir les fondements d’une politique culturelle humaniste et tournée vers l’avenir.

Les auteurs(es)-réalisateurs(trices) de « La Boucle documentaire »

« La Boucle Documentaire » est un réseau de 14 organisations d’auteurs-réalisateurs, structurées au niveau national et régional. AARSE (Association des Auteurs Réalisateurs du Sud-Est – Provence-Alpes-Côte d’Azur)
ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion)
ADDOC (Association des cinéastes documentaristes)
ALRT (Association Ligérienne des Réalisateurs et Techniciens – Pays de la Loire)
ARBRE (Auteurs Réalisateurs en Bretagne)
ATIS (Auteurs de l’Image et du Son en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes)
APARR (Association des Professionnels Audiovisuel Rhin-Rhône – Bourgogne-Franche-Comté)
Le Plateau (Association des cinéastes, auteurs et réalisateurs de l’image et du son en Auvergne)
Les Petites Caméras (Association de Cinéastes en Bourgogne)
REAL (Association des Réalisateurs, Expérimentateurs et Auteurs en Languedoc-Roussillon)
SAFIRE (Société des Auteurs de Films Indépendants en Région Est)
SAFIR Haut de France (Société des Auteurs de Films Indépendants en Région – Hauts-de-France)
SFR-CGT (Syndicat Français des Réalisateurs)
SRF (Société des Réalisateurs de Films)



Contacts pour le réseau :
Addoc / SRF – 14 rue Alexandre Parodi – 75010 Paris
Charlotte Grosse (Addoc) 01 44 89 99 88 / courrier@addoc.net
Bénédicte Hazé (SRF) 01 44 89 99 70 / bhaze@la-srf.fr

jeudi 23 février 2017

Documentaire sur grand écran publie une lettre ouverte au CNC

Lettre ouverte à Frédérique Bredin, présidente du CNC

QUE VIVE LE DOCUMENTAIRE SUR GRAND ECRAN !

A sa création en 1992, Documentaire sur grand écran (DSGE) se donnait pour mission l’aide au retour du cinéma documentaire en salles. Aujourd’hui, après des années d’un travail de distribution et de diffusion, c’est près d’une centaine de films documentaires qui sortent en salles chaque année. Pour autant rien n’est acquis, et le grand écran reste un enjeu essentiel pour la rencontre des films documentaires avec les publics.

C’est dans ce contexte que Documentaire sur grand écran a -plus que jamais- un rôle essentiel à jouer. Tant par le travail d’accompagnement de nouveaux films, par la sortie des documentaires de patrimoine, par le travail de formation de programmateurs ou d’exploitants. DSGE continue d’assurer le lien indispensable entre les auteurs, l’histoire du genre et le public en salles. Tous les professionnels le savent : la distribution et l’exploitation en salles d’un film documentaire se travaillent toujours d’une façon singulière et l’accompagnement du film est la clé de la réussite de sa sortie.

Or, depuis un an, notre principal financeur, le CNC, nous exhorte à mutualiser nos activités avec diverses associations actives, elles, sur d’autres terrains du champ du documentaire. A défaut d’obtempérer, l’association est menacée d’une très lourde diminution de la subvention du CNC, qui pourrait signifier sa disparition à brève échéance.

Ceci, au moment même où le CNC est missionné par le ministère de la Culture pour mettre en chantier -avant les élections- une « Cinémathèque du documentaire ». Ce projet, initié par la SCAM, réunit des structures travaillant sur la diffusion et l’information en ligne, la télévision et les bibliothèques : la SCAM, Images en Bibliothèques, la plateforme VOD Tënk, la Bibliothèque Publique d’Information, la Bibliothèque Nationale de France, le site ressources film-documentaire.fr… sous la houlette de la Direction du patrimoine cinématographique du CNC. Les salles de cinéma sont inexplicablement absentes du projet… Tout comme DSGE, alors que l’association est un parfait outil pour inscrire la diffusion en salles dans ce projet.

Nous nous alarmons de la portée de ces menaces qui pèsent sur une association dédiée à la promotion et à la diffusion du documentaire sur grand écran. Comment penser une cinémathèque qui se veut un réseau national de diffusion, sans y associer les salles de cinéma ? Serait-il question de cantonner le documentaire aux plateformes numériques, aux cinémathèques, à la télévision et aux bibliothèques ?

C’est pourquoi nous demandons au CNC :

- La levée des menaces qui pèsent sur l’avenir de l’association « Documentaire sur grand écran » - La participation de « Documentaire sur grand écran » au groupe de création de la « Cinémathèque du documentaire » - Le renforcement des moyens de l’association afin de mettre en œuvre des propositions constructives en direction des salles dans le cadre du projet de « Cinémathèque du documentaire »

Le conseil d’administration de Documentaire sur grand écran :

Annick PEIGNE-GIULY (journaliste, présidente de DSGE et de Corsica.Doc) Arlène GROFFE (exploitante, Ciné 104 Pantin) Colette PIAULT (cinéaste, anthropologue, cofondatrice de DSGE) Richard COPANS (réalisateur, producteur Les Films d’Ici) Maïté PELTIER (programmatrice, Festival Filmer le travail) François CAILLAT (réalisateur) Jean-Yves de LEPINAY (Président d’Images en bibliothèques) Gérard COLLAS (producteur, INA) Marie BALDUCCHI (productrice, Agat Films) Elena JIMENEZ (Cinémathèque de Tanger, Les Films de la Villa) Michèle SOULIGNAC (Directrice Périphérie) Jean-Michel AUSSEIL (co-fondateur de DSGE, administrateur du Festival CinéSalé)

Pour signer cette pétition, rendez-vous ici.

mercredi 16 novembre 2016

Enfin des bonnes nouvelles : le nouveau film de Vincent Glenn

Nous accompagnons la sortie en salle du nouveau film de Vincent Glenn : Enfin des bonnes nouvelles ! Un film de fiction qui met en scène le parcours d'un homme passé en quelques années du statut de cinéaste dépressif à celui d’homme d’affaires adulé du monde économique. Une fiction qui traite des thèmes de prédilection de Vincent Glenn, par ailleurs réalisateur notamment du film Indices, et initiateur, avec Christophe Alévêque, de la Fête de la dette.

enfin-des-bonnes-nouvelles.jpg

Ils étaient au chômage, ils sont devenus immensément riches en un temps record, et bien sûr, ça leur pose quelques problèmes, mais ce n'est pas l'essentiel. L'essentiel, c'est qu'entre-temps, ils sont complètement bouleversé l’économie mondiale. Comment s'y sont-ils pris ? C'est ce que cherche à comprendre l'animateur vedette de Radio France Plurielle, la jeune et très populaire station de radio publique. Au commencement, une idée simple, une simple idée…

Sortie en salles le 30 novembre 2016.
Plus d'informations sur le site de la coopérative DHR, producteur et distributeur du film.

vendredi 4 novembre 2016

Nouvelle projection du Centre audioviosuel Simone de Beauvoir : Les Portes d'Arcadie (17 novembre 2016)

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir vous donne rendez-vous pour sa prochaine soirée de projection-rencontre autour du film Les Portes d'Arcadie, de Carole Grand, en sa présence.

casdb_17nov2016.JPG

Réussir à mettre les bons mots sur ce qu'on a vécu et persuader de l'authenticité de son histoire n'est pas simple.
Et pourtant le seul moyen d’obtenir l’asile en France pour les lesbiennes ou pour les gays persécuté(e)s et menacé(e)s dans leur propre pays est de raconter son expérience intime de façon très détaillée.
Soir après soir, avec l'aide d’Ewa, bénévole de l'association ARDHIS, des femmes et des hommes ayant fui leur pays livrent leur vie. Ensemble, elles/ils reconstituent patiemment leur parcours car face à l’administration française, elles/ils doivent exposer ce récit fait de violence, d’intimidations et convaincre de la véracité des faits.

La séance sera suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Rendez-vous jeudi 17 novembre 2016 à 20h00
Au cinéma Luminor Hôtel de ville, 20 rue du Temple, Paris
Retrouvez tout l'agenda du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ici

mardi 18 octobre 2016

Projection exceptionnelle du Centre Simone de Beauvoir : "Les Yeux de Bacuri", en présence de Maria de Medeiros (1er novembre 2016)

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir vous propose une soirée de projection-rencontre exceptionnelle autour du film Les Yeux de Bacuri (Repare bem), de Maria de Medeiros, en sa présence.

casdb1ernov2016.PNG

Le jeune guérillero Eduardo Leite « Bacuri » meurt en 1970 aux mains de la dictature militaire brésilienne. Sa compagne Denise Crispim, emprisonnée alors qu’elle était enceinte, parvient à fuir au Chili après la naissance de la petite Eduarda. À Santiago, elle retrouve ses parents exilés. La violence de la répression rattrape la famille lors du coup d’État d’Augusto Pinochet, obligeant parents et enfants à se disperser à travers le monde.
Quarante ans après, Denise et Eduarda bénéficient d’une procédure de « réparation » proposée par le Ministère de la Justice brésilien à toutes les personnes victimes de la dictature.

Les Yeux de Bacuri a reçu en 2013 le prix Dom Quixote, le prix du Meilleur Long-métrage étranger et le Prix de la Critique au Festival de Cinéma de Gramado, au Brésil. Il a également reçu en 2014 le Prix du Meilleur film au FICIP, Festival International de Cinema Politique de Buenos Aires.

La séance sera suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Rendez-vous mardi 1er novembre à 21h00
Au Forum des images, Paris
Renseignements et inscriptions ici

mardi 27 septembre 2016

Projection-rencontre du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir : Nos mères, nos daronnes (jeudi 29 septembre 2016)

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir reprend son cycle de projections mensuelles au cinéma Luminor Hôtel de ville jeudi 29 septembre, avec le film Nos mères, nos daronnes, de Bouchera Azzouz et Marion Stalens, suivie d'une discussion en leur présence.

CASDB_meres_daronnes.PNG

La « daronne », en argot issu du vieux français, c’est la mère, la patronne. Dans nos quartiers populaires les daronnes sont les femmes sur qui tout - ou presque – repose. Des vigies qui ne baissent jamais la garde.
À travers l’histoire des daronnes, ces mères courage des quartiers, ce film est un hommage à toutes celles qui incarnent le féminisme populaire. Femmes issues ou non de l’immigration, mères de familles, souvent femmes au foyer, mais aussi institutrices ou assistantes sociales, volontaires, travailleuses, souvent pilier central de la famille, elles ont su bousculer les traditions, braver les codes culturels pour construire peu à peu leur propre destin quittant les voies toutes tracées des vies auxquelles elles étaient destinées.

La projection sera suivie d'une rencontre avec les deux réalisatrices et Laurence Lascary, productrice.

Rendez-vous jeudi 29 septembre à 20h00
Au cinéma Luminor Hôtel de ville, Paris
Plus de renseignements ici

Appel à projet : résidence de réalisation "Frontières" au Musée de l'histoire de l'immigration

Le GREC (Groupe de Recherches et d'Essais Cinématographiques) et le Musée national de l’Histoire de l’Immigration lancent un quatrième appel à projet Frontières pour une résidence de réalisation d'un premier ou deuxième court métrage.

D'une durée de 6 mois, cette résidence permet au lauréat de finaliser l'écriture et réaliser un court métrage, de mener un carnet de résidence en ligne et d'organiser des animations au Musée autour de son projet. Une bourse est allouée au réalisateur en résidence, le film est produit par le GREC.

CNHI_residences.PNG

Durant six mois, le résident s'engage à :

  • Finaliser l'écriture, préparer et réaliser un court métrage autour des thèmes de la migration, de la fraternité et de l'égalité. Fiction, documentaire, animation, expérimental, film d'art… sont acceptés.
  • Produire un carnet de résidence en ligne (textes, images, enregistrements sonores, vidéos...)
  • Organiser des évenements et animations au Musée autour du projet de résidence :
    • Projection-rencontre avec un ou des invités (artistes, écrivains, réalisateurs, musiciens, historiens, scientifiques...)
    • Deux animations (visites guidées, ateliers dans les espaces du Musée ouverts au public (Médiathèque, hall, Forum, espaces d'exposition, parvis)

Cette résidence peut bénéficier de l'aide de la Sacem à la composition de musique originale si le projet le nécessite.

Retrouvez ici tous les détails de cet appel à projet, et télécharger le dossier d'inscription
Vous pouvez candidater jusqu'au 28 octobre 2016


Les résidences précédentes :

mardi 20 septembre 2016

Un nouveau rendez-vous au Musée de l'histoire de l'immigration : les projections du midi !

Tous les premiers jeudis du mois, le Musée de l’histoire de l’immigration vous propose de découvrir un, ou plusieurs, films courts, pendant la pause déjeuner. La prochaine rencontre se tiendra donc le jeudi 6 octobre à 12h30, autour du film Sinto a tua falta de Lucas Roxo, en sa présence.

sintoatuafalta.PNG

En février 1971, Léonor quitte le Portugal pour s'installer en France. Sa fille ne la rejoindra qu'au bout de quatre mois. Quarante ans plus tard, le film retrace le chemin de l'exil pour ausculter la distance créée par le passage de la frontière. En réécrivant les lettres jamais prononcées, en revenant sur les lieux de l'époque, un nouveau mouvement s'enclenche.

Rendez-vous jeudi 6 octobre à 12h30
Musée de l'histoire de l'immigration, Palais de la Porte Dorée
Plus de renseignements ici

"Si je ne peux pas danser, ce n'est pas ma révolution", séance Éclairage avec Nicole Fernandez Ferrer au Forum des images, 22 septembre

Nicole Fernandez-Ferrer, Déléguée générale du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir, vous propose une rencontre 100% documentaire, dans le cadre des séances ''Éclairage'' proposées par le Forum des images chaque mois. C'est autour de la pratique vidéo militante et de la représentation féministe depuis les années 60 qu'elle interviendra, extraits de films à l'appui.

À partir de la phrase d’Emma Goldman qui prend le titre de cet Eclairage, quatre extraits de films nous permettront d’interroger la pratique vidéo militante et la représentation féministe depuis les années 60. Nous évoquerons le choix des sujets, la technique de la vidéo légère et le montage, ainsi que l’art d’écouter et de filmer avec clairvoyance et humour les combats. Ici la parole est donnée aux « sans voix » qu’elles soient prostituées, du quart-monde, féministes et LGBTQI.

eclairage_NFF_22sept2016.PNG

Rencontre organisée dans le cadre d'Éclairages, rendez-vous mensuel gratuit et ouvert à tous, sur inscription. Dans les semaines qui précèdent, l'intervenant adresse à ceux qui le souhaitent quatre petites « lettres » vidéos, quatre extraits brefs de films qu’il a sélectionnés, et qu’il commente brièvement. Chacun est ainsi invité à ouvrir sa réflexion et à se préparer à échanger avec les autres participants à ces « éclairages ». Pour recevoir les lettres, cliquez ici.

Rendez-vous jeudi 22 septembre 2016 à 18h30
Au Forum des images, Paris
Pour participer à cette séance, n'oubliez pas de retirer votre billet gratuit en ligne, c'est ici, ou directement aux caisses du Forum des images.

jeudi 15 septembre 2016

Le Festival Sciences en bobines passera sans doute près de chez vous !

Sciences en bobines est un festival qui porte sur des controverses sciences et société, organisé par la Fondation Sciences Citoyennes, et relayé par différentes associations dans toute la France. Cette année, 25 villes proposeront une séance de projections-rencontres, entre le 4 et le 20 octobre.

sciences_bobines_2016.PNG

Au programme :

  • 04 octobre 2016
    • Moutiers-au-perche(61) - 20h : Projection de Le Bonheur au travail de Martin Meissonnier, puis débat avec la participation d’intervenants locaux.
    • Saint-OUen l'Aumône (95) – 20h30 : Projection de La supplication de Pol Cruchet, puis débat avec la participation de Pol Cruchet (Réalisateur, à confirmer) et de David Boilley (Physicien, ACRO).
  • 05 octobre 2016
    • Le Theil-sur-Huisne (61) – 20h : Projection de Déchets, le cauchemar du Nucléaire d’Eric Guéret et Laure Noualhat, puis débat avec la participation de Laurent Ouvrard (Directeur Général d’Enercoop Normandie, fournisseur d’électricité 100% renouvelable), de Dominique Boucherie (membre de l’association P’TIWATT (Sensibiliser et faciliter l’accès aux énergies renouvelables)) et d’Arthur Hellouin de Menibus (chercheur en sciences des matériaux, ancien salarié du CEA).
    • Grenoble (38) – 20h15 : Projection de Qu’est-ce qu’on attend ? de Marie-Monique Robin, puis débat avec la participation de Jacqueline Collard (Association SERA).
  • 06 octobre 2016
    • Paris (75) – 20h : Projection de Les apprentis sorciers du climat de Pierre Oscar Lévy, puis débat avec la participation de Dominique Cellier (Biostatisticien, Sciences Citoyennes).
    • Villeneuve d'Ascq (59) – 20h : Projection de Qu’est-ce qu’on attend ? de Marie-Monique Robin, puis débat avec la participation de Vincent Boutry (Université populaire de Roubaix, à confirmer).
  • 07 octobre 2016
    • Montreuil-sur-mer (62) – 20h30 : Projection de Qu’est-ce qu’on attend ? de Marie-Monique Robin, puis débat avec la participation de Marie-Monique Robin (Réalisatrice).
    • Saverdun (09) – 20h30 : Projection de L’intérêt général et moi de Sophie Metrichet Julien Milanesi, puis débat (Intervenants à confirmer)
  • 08 octobre 2016
    • Tarare (69) – 20h : Projection de Les petits gars de la campagne d’Arnaud Bruguier, puis débat avec la participation de Marc Dufumier (Agronome, AgroParisTech).
  • 11 octobre 2016
    • Orsay (91) – (matin, horaire à préciser) : Projection de Le potager de mon grand-père de Martin Esposito, puis débat (Intervenants à confirmer)
    • Orsay (91) – 20h30 : Projection de La fille de Brest d’Emmanuelle Bercot, puis débat (Intervenants à confirmer)
  • 13 octobre 2016
  • 15 octobre 2016
    • Besançon (25) – 20h : Projection de L’aluminium, les vaccins et les deux lapins de Marie-Ange Poyer, puis débat avec la participation d’Yves Ketterer (E3M-Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages) et de Didier Lambert (Président d’E3M et ancien directeur de services médico-sociaux).
  • 17 octobre 2016
    • Nantes (44) – 20h45 : Projection de Les apprentis sorciers du climat de Pierre Oscar Lévy, puis débat avec la participation de Dominique Celiier (Biostatisticien, Sciences Citoyennes).
    • Grenoble (38) – 20h15 : Projection de Vassily Nesterenko de Manuela Andreoli et Wladimir Tchertkoff, suivi de Belrad 2015 de Ramona et Michel Hugot, puis débat avec la participation d’Yves Lenoir (Ingénieur, Association Enfants de Tchernobyl Belarus).
  • 18 octobre 2016
    • Bures-sur-Yvette (91) – 14h : Projection de Le potager de mon grand-père de Martin Esposito, puis débat (Intervenants à confirmer)
    • Bures-sur-Yvette (91) – 20h30 : Projection de Demain de Mélanie Laurent et Cyril Dion, puis débat (Intervenants à confirmer)
    • Nogent-le-Rotrou (28) : Projection de Changement de propriétaire d’Aurélien Lévêque et Luba Vink, puis débat (Intervenants à confirmer)
  • 19 octobre 2016
    • Bordeaux (33) – 20h : Projection de L’aluminium, les vaccins et les deux lapins de Marie-Ange Poyet, puis débat avec la participation de Didier Lambert (Président d’E3M - Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages, et ancien directeur de services médico-sociaux).
    • Tulle (19) – 20h30 : Projection de Maladies à vendre d’Anne Georget et Mikkel Borch-Jacobsen, puis débat avec la participation d’Elena Pasca(Philosophe, Sciences Citoyennes).
  • 20 octobre 2016
    • Avignon (84) – 20h30 : Projection de La fille de Brest d’Emmanuelle Bercot, puis débat avec la participation d’Irène Frachon (Médecin, à confirmer) et de François Warlop (Agronome, Sciences Citoyennes).
  • 10 novembre 2016
    • Tours (37) – 19h45 : Projection de La supplication de Pol Cruchten, puis débat avec la participation de David Boilley (Physicien, ACRO).

Pour retrouver toutes les informations détaillées, rendez-vous ici !

mardi 26 juillet 2016

Festival Alimenterre 2016 : tout savoir pour organiser une projection !

Depuis 2000, le CFSI coordonne la campagne ALIMENTERRE, qui sensibilise les citoyens sur les causes de la faim dans le monde et promeut une agriculture familiale durable, garantissant une alimentation pour tous. Le temps fort de la Campagne est le Festival de films documentaires ALIMENTERRE qui se déroule du 15 octobre au 30 novembre. Vous êtes membre d’une association étudiante, professeur dans un lycée, bénévole dans une association, élu dans une collectivité locale, ou encore salarié d’un établissement culturel ? Contribuez au droit à l’alimentation et à une agriculture et une alimentation durable en organisant des projections-débats dans le cadre du festival Alimenterre !

alimenterre2016_-_Copie.PNG

L'Édition 2016 : solutions pour nourrir la planète
Cette année, le Festival ALIMENTERRE met à l’honneur des hommes et des femmes qui changent le monde à leur échelle et contribuent à une agriculture et une alimentation durables.
Paysans, travailleurs agricoles, populations locales, citoyens, consommateurs, élus, entrepreneurs, ils sont nombreux à puiser dans leur savoir-faire les clefs de l’innovation et à apporter des réponses à un problème mondial. Parce qu’il n’y pas de solution unique, le Festival montre des alternatives au pluriel portés par des acteurs multiples situés à différents échelons du local au global. Le Festival ALIMENTERRE a sélectionné 8 films pour alimenter le débat : Quel modèle de production pour une alimentation saine et durable pour tous ? Comment permettre aux paysans et aux travailleurs agricoles de vivre dignement ? Comment leur garantir l’accès aux moyens nécessaires pour produire ? Quel est le rôle des populations locales pour préserver les ressources naturelles et lutter contre le changement climatique ? Comment faire changer d’échelle les alternatives durables ? Tous amènent le citoyen à s’informer, comprendre et agir pour le droit à l’alimentation et une agriculture et une alimentation durable.

Les films sélectionnés cette année :

Téléchargez ici l'appel à participation, où toutes les modalités de participation au festival sont détaillées.

mardi 28 juin 2016

La coopérative DHR fête ses dix ans cet été ! (samedi 2 juillet - Montreuil)

La coopérative montreuilloise de production et de diffusion cinéma DHR (Direction humaine des ressources) fête ses dix ans ! Et à l'occasion de cet anniversaire, vous êtes conviés à un après-midi de projections-rencontres samedi 2 juillet au cinéma Le Méliès, à Montreuil.

DHR_10ans.jpg

Au programme :

Les projections seront suivies d'un débat avec les réalisateurs Vincent Goubet, Sophie Metrich et Julien Milanesi, ainsi qu'avec Vincent Glenn et Philippe Elusse (DHR).

Ces deux films qui comptent pour nous témoignent du courage et de l'engagement de celles et ceux qui osent refuser l'injustice, même (surtout) quand elle est du côté du manche, et qui ne craignent pas de s'aventurer ainsi à contre-courant. C'est ce que nous fêtons à DHR, et ceux qui sont toujours à bord depuis les débuts, pourront témoigner : rien à voir avec un long fleuve tranquille… Inventer les règles du jeu, trouver ce qui nous meut en commun, tenir compte des personnalités sans les confondre avec des égos, accorder nos violons, définir des priorités collectives ... jusqu’à parfois tenter de les mettre en application !

Rendez-vous samedi à partir de 16h15
Au cinéma Le Méliès, 12 place Jean Jaurès, Montreuil
Pour plus d'informations, rendez-vous ici !
Et la liste des films distribués par DHR, c'est par !

mercredi 25 novembre 2015

En route pour la Cop 21 : filmographie et soirée de projection autour du climat

À quelques jours de l'ouverture de la COP 21, nous relayons auprès de vous deux initiatives du Cedidelp, médiathèque située dans le 11ème arrondissement de Paris : une soirée de projection exceptionnelle, et une sélection de films sur le sujet.

This Changes Everything_STEPH


1. Projection-débat : Tout peut changer !, mercredi 2 décembre 2015 à 19h30, salle Olympe de Gouges

Avec la présence exceptionnelle de Naomi Klein et Avi Lewis, ainsi que d’une partie de l’équipe du film.

  • Projection de Tout peut changer de Avi Lewis (2015, 90', VO ST FR)

Et si la crise climatique était finalement la meilleure chance que nous ayons de construire un monde meilleur ? Filmé sur quatre ans dans neuf pays et à travers cinq continents, ce film inspiré du best-seller éponyme de Naomi Klein réinvente l’immense défi du changement climatique.

  • Débat : Initiatives citoyennes pour une transition sociale et écologique.

Table-ronde animée par Bernard Salamand (Ritimo/CRID), avec Naomi Klein et Vladimir Slivyak (Ecodefense), à l'occasion de la sortie du numéro spécial Climat : choisir ou subir la transition ? de la collection Passerelle, éditée par Ritimo.

Rendez-vous mercredi 2 décembre à 19h30
Salle Olympe de Gouges, 15 Rue Merlin, 75011 Paris
Entrée libre sur réservation obligatoire, par mail uniquement : cedidelp@ritimo.org
Toutes les informations pratiques sont à retrouver ici


2. Sélection de films Climat : choisir ou subir la transition ?

«  Changement climatique  », «  gaz à effet de serre  », «  hausse des températures  », «  crise écologique  », «  transition énergétique  »… autant d’expressions entendues au quotidien, que l’on s’apprête à entendre davantage, à quelques jours de l’ouverture de la COP 21. Des expressions parfois confuses, et déconnectées de la réalité concrète pour une partie de la population. Or, les impacts du dérèglement climatique se font d’ores et déjà sentir, notamment pour les populations les plus vulnérables.

Cette filmographie propose des films qui permettent de dresser un état des lieux du réchauffement climatique et de ses dangers, à court et moyen terme. D’autres films invitent au passage à l’action et proposent des solutions concrètes à différentes échelles.

Cette filmographie a été réalisée par le Cedidelp grâce à la base Cinéma et société, à la sélection «  L’Homme face au climat  » du Mois du film documentaire, à la sélection spéciale «  Climate change  » de la base «  Films for Action  » dont les films sont visionnables en ligne. Elle a été éditée dans la revue Passerelle numéro 13, parue à l'occasion de la COP 21.

Retrouvez la sélection de films ici.

vendredi 13 novembre 2015

Soutenez la coopérative DHR et ses oeuvriers !

La coopérative DHR (direction humaine des ressources), dont nous suivons le travail depuis longtemps, a lancé un appel à soutiens pour sa nouvelle campagne "Changer l'argent". Il s'agit de participer financièrement afin de produire et distribuer un cycle de cinq films pour réinventer la finance, la banque et la monnaie.

DHR_changer_argent.jpg

Dette, énergie, santé, finance, agriculture, éducation, biodiversité, ressources naturelles … Nous n’avons donc pas le choix ? Il n’y aurait pas d’alternatives ? C’est en tout cas ce que veut nous faire croire le discours dominant. Pourtant, des collectifs se constituent face à de grands projets d'aménagement inutiles ou pour faire reculer la prolifération des armes, des habitants se regroupent en coopératives pour mieux se loger, ou en AMAP pour maintenir une agriculture de qualité et de proximité... Des milliers d’autres expériences, individuelles ou collectives, proposent des voies pour sortir de l’ornière.

C’est à les faire mieux connaître que s’emploie depuis 10 ans la coopérative DHR, par la production et la diffusion de films. Surtout, l’activité de distribution des films en salle est emblématique de DHR : la salle de cinéma est vue comme un espace commun de réflexion, d'émotion, de pédagogie et de débat.

Aujourd'hui, devant la difficulté à financer des œuvres qui intéressent plus les citoyens que les diffuseurs, nous proposons aux futurs spectateurs et structures intéressés de s’impliquer chaque année dans la production et/ou la distribution des films que nous soutenons, en pré-achetant les DVD, les places en salle ou les droits de projection qui les intéressent.

La campagne que nous vous proposons cette année, portée par le site de financement participatif de la banque coopérative La Nef, a pour thématique « Changer l’argent ». Nous travaillons à produire et distribuer un cycle de cinq films pour réinventer la finance, la banque et la monnaie. Cette action, inscrite dans la durée, vise entre autres à accompagner l'émergence des nouvelles monnaies et des banques éthiques, deux leviers d’une particulière importance. Parce qu'aujourd'hui, dans le champ politique et dans nos vies, rien ne changera si nous ne créons pas un rapport de force citoyen avec les pouvoirs financiers.

Pour plus d'informations, et pour participer à cette campagne, qui se termine le 15 novembre, rendez-vous ici !

mercredi 21 octobre 2015

Projection du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir : Gougnette (5 novembre 2015 - Paris)

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir vous convie à son rendez-vous mensuel au cinéma Luminor, pour la projection du flim Gougnette, de Jackie Raynal, qui sera suivie d'une rencontre avec la réalisatrice.

CASDB_5nov2015.PNG

“Gougnette (désordonnée en patois camarguais), ou la mémoire de mes parents (morts en 1983 et 1995), résistants pendant la seconde guerre mondiale et communistes dans le Midi. Ce film, à travers des interviews filmées et sonores de mes parents et de personnes qui les ont connues – prises entre 1979 et 2005 – retrace leurs vies dans leur univers d’engagement politique. C’est aussi l’hommage d’une cinéaste à ses parents. Une oeuvre non pas politique mais évoquant la mémoire d’une époque et d’une région. ” Jackie Raynal

Rendez-vous jeudi 5 novembre à 20h00
Cinéma Luminor Hôtel de ville, 20 rue du Temple, Paris
Retrouvez toutes les informations en téléchargeant ce document

mardi 22 septembre 2015

11ème édition du festival Sciences en bobines (octobre - novembre 2015)

Le festival Sciences en bobines, organisé par la Fondation Sciences citoyennes, revient cet automne pour sa onzième édition, et vous pourrez une nouvelle fois retrouver dans toute la France une riche palette de films critiques et militants pour que le dialogue s’engage entre chercheurs et citoyens.

Les savoirs scientifiques et techniques ne sont pas neutres. Ils sont construits par les hommes et sont soumis, comme toute création humaine, à des enjeux politiques, économiques et sociaux. Ainsi, ceux qui affirment que les sciences sont « naturellement » porteuses de bonheur et de progrès ne visent qu’à museler la critique et à conforter leur propre pouvoir. Les crises et les scandales sanitaires, écologiques, économiques et humanitaires qui se multiplient révèlent le visage d’une science soumise aux intérêts des lobbys industriels et financiers.
La Fondation Sciences Citoyennes juge essentiel de mettre en évidence une autre approche : celle d’une recherche désireuse d’affronter les grands défis de nos sociétés, de dialoguer avec des savoirs autrefois dévalorisés, celle de citoyens qui revendiquent leur droit à participer aux choix scientifiques et technologiques qui conditionnent leur avenir.
Le festival « Sciences en Bobines » propose une riche palette de films critiques et militants, suivis de débats pour que le dialogue s’engage entre chercheurs et citoyens dans le but de privilégier le bien commun… pour des futurs meilleurs !

Au programme : climat, privatisation du vivant, nucléaire, industrie pharmaceutique, lobbying, chercheurs engagés et lanceurs d’alerte, agroécologie, modes de développement alternatifs et transition écologique, alimentation, bien commun, ondes et électrosensibilité, nanotechnologies, transhumanisme et biologie de synthèse.

sciences_bobines2015.jpg

Au menu des 25 projections dans 17 villes :

Rendez-vous sur le site du festival pour plus d'informations !

vendredi 18 septembre 2015

Soirée projection-rencontre "La Terre fleurira, 50 ans de cinéma du journal L'Humanité" (mardi 22 septembre 2015, Paris)

À l'occasion de la sortie du livre-DVD La Terre fleurira, le cinéma de l'Huma, Ciné-Archives et Les Mutins de Pangée vous proposent la séance : La Terre fleurira, 50 ans de cinéma de l'Humanité. Une occasion de venir redécouvrir plusieurs documentaires et rencontrer les contributeurs du livre.

CouvertureTERREFLEURIRA.png

Cette projection évoquera différentes éditions de la Fête de l'Huma, de la fête de 1938 pendant le Front populaire jusqu'à la fête de l’Humanité 1981 (dite fête du changement), un extrait du film « La Terre fleurira » réalisé pour les 50 ans du journal en 1954, le spot publicitaire « Pif reporter » en 1960, ainsi que le cross de l’huma de 1945 ou encore les coulisses de la fabrication du journal en 1978 lors des élections législatives.

Au cours de cette séance, les documentaires suivants seront présentés :

En présence des contributeurs du livre : Fabien Archambault, Alexandre Courban, Pauline Gallinari, Henri Malberg, Julien Mischi et Alain Ruscio.

Rendez-vous mardi 22 septembre à 19h00
Siége du PCF - Espace Niemeyer, 6/8 avenue Mathurin Moreau, Paris
Réservation indispensable auprès de Ciné-Archives : rsvp@cinearchives.org, 01 40 40 12 50
Toutes les informations sont à retrouver ici

- page 1 de 6