Partager le cinéma

Le Blog d’Autour du 1er mai

Le cinéma en Limousin

Des initiatives cinématographiques à découvrir....

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 15 avril 2015

Projection "Les poilus venus d'ailleurs" à Tulle (vendredi 17 avril 2015)

La ville de Tulle et le Cinéma Le Palace vous proposent une projection du superbe film de Medhi Lallaoui Les Poilus venus d’ailleurs, qui entre en résonance avec la Décade 2014, sur le centenaire de la première guerre mondiale.

En ces années de commémorations de la Grande guerre, Mehdi Lallaoui a braqué ses projecteurs sur ces Poilus d’ailleurs, ces soldats de l’Empire colonial, mobilisés, recrutés, de force souvent, et devenus les "laissés pour compte de la Nation".
Il y a les célèbres tirailleurs, davantage africains qu’uniquement sénégalais, les Algériens, Marocains et autres Tunisiens, les Indochinois, les Somalis, les Malgaches et les travailleurs chinois. Mehdi Lallaoui n’oublie pas les Réunionnais, Antillais, Guyanais, Kanaks et Tahitiens qui furent aussi mobilisés. En tout, près de 700 000 noirs, jaunes, basanés et autres "gueules de métèque", sans compter les "non coloniaux" : Juifs, Arméniens, Portugais, Espagnols, Italiens… qui participèrent aux combats.

Rendez-vous vendredi 17 avril à 20h30
Cinéma le Palace, Tulle

jeudi 19 mars 2015

Le Destin : projection organisée par Mémoire à vif (Limoges - 26 mars 2015)

Mémoire à Vif vous propose de voir ou revoir Le Destin de Youssef Chahine qui, en 1997, s'inquiétait déjà de la montée des intégrismes. Cc'est aussi "un film qui rend heureux et qui donne envie de partager ce bonheur".

img261.jpg

Au 12ème siècle, un prestigieux philosophe, Avérroès, établit des préceptes qui influenceront non seulement l’âge des Lumières en Occident, mais toute la pensée humaine jusqu’à nos jours. Voulant amadouer les intégristes, le Calife El-Mansour ordonne l’autodafé de toutes les oeuvres du philosophe. Ses adeptes et ses proches décident d’en faire des copies et de les passer à travers les frontières. Malgré les pressions des intégristes de tous bords, la connaissance humaine se fraiera toujours un chemin, vers l’Autre, vers le Progrès.

La projection sera suivie d'une discussion avec Moulay-Bachir Belqaïd, auteur du Voile démasqué.

Rendez-vous le jeudi 26 mars à 20h30
Cinéma Le Lido, Limoges
Plus d’informations su ce document et sur www.memoireavif.info.

lundi 9 mars 2015

Peuple et culture Corrèze invite François Maspero (jeudi 12 mars)

À nos internautes limousins : ne ratez pas la soirée de projection - rencontre organisée par Peuple et culture en présence de François Maspero, éditeur et écrivain. Il sera à Tulle pour la projection du film qui vient de lui être consacré : François Maspero, les chemins de la liberté, de Yves Campagna, Bruno Guichard et Jean-François Raynaud. Un film-portrait d'un homme libre, porté par l'esprit de résistance, pour qui la vie ne vaut d'être vécue sans engagement.

4341.1.jpg En septembre 2009, est inaugurée au musée de l’imprimerie à Lyon, une exposition François Maspero et les paysages humains portée par la Maison des Passages et les éditions À plus d’un Titre. Elle comporte, entre autres, 60 panneaux retraçant le parcours de l’éditeur puis écrivain qu’est François Maspero. À cette occasion, Yves Campagna et Jean-François Raynaud vont alors rencontrer François Maspero pour filmer les entretiens qui viendront renforcer l’exposition. De cette rencontre, est née l’idée d’un film.

Le film offre au spectateur une découverte, une rencontre ou une redécouverte d’un homme qui fut un centre de gravité de la société française. Il demeure un lien entre le passé et l’avenir possible de notre humanité en interrogeant toujours les discours dominants. Homme de la fidélité, à ses idées, à ses camarades de lutte et de combat, à la conviction qu’une autre humanité plus fraternelle est possible.

Rendez-vous jeudi 12 mars à 20h30
Cinéma Le Palace, Tulle
Plus d'informations sont à retrouver ici

mardi 17 février 2015

"Dormir, dormir dans les pierres" : projection en Corrèze (vendredi 20 février)

Peuple et culture Corrèze et l'Amicale laïque de Saint-Jal vous invitent à la projection du film Dormir, dormir dans les pierres, en présence de sa réalisatrice, Alexe Poukine.

4326.jpg

«  Je voulais faire un film sur les gens qui se perdent  ». Alexe Poukine, la réalisatrice, s’était déjà intéressée à ces hommes et femmes de la rue, avant d’apprendre, quelques années plus tard, qu’Alain, son oncle, est mort de froid sur un trottoir de Paris. Pour essayer de comprendre «  l’itinéraire de son naufrage  », elle filme pendant trois ans le quotidien de deux «  SDF  », Joe et Bart. Ils sont vivants, attachants, agaçants. Elle revient sur les lieux que son oncle a fréquentés, rencontre des gens qu’il a connus, interroge ses proches. Ces destins s’entrecroisent, s’éclairent, se complètent.

La projection sera suivie d'une rencontre avec la réalisatrice.

Rendez-vous vendredi 20 février à 20h30
À la salle des fêtes de Saint-Jal
Pour plus d'informations, téléchargez ce document

mardi 13 janvier 2015

Questions sur l'énergie ou énergie en questions ? Projections à Tulle (16 et 17 janvier 2015)

Peuple et Culture Corrèze vous propose un nouveau rendez-vous autour du cinéma documentaire les 16 et 17 janvier, autour du thème de la transition énergétique, avec la projection de trois films.

energie_tulle.JPG

Quelques chiffres à méditer...

  • à peine 20% de la population mondiale consomment 80% de l’énergie produite sur la planète
  • le pétrole seul représente 35% des énergies produites sur la planète
  • pétrole, gaz, charbon représentent plus de 80% de ces énergies

Trois films pour y réfléchir :

  • Big men, de Rachel Boynton, vendredi 16 janvier à 20h30
  • No gazaran, de Doris Buttignol et Carole Menduni, samedi 17 janvier à 17h30
  • L’urgence de ralentir, de Philippe Borel, samedi 17 janvier à 20h30

Toutes les projections se tiendront salle Latreille, à Tulle
Le programme est à télécharger ici

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez aussi retrouver notre sélection filmographique No Gazaran ! Des films pour dire non au gaz de schiste.

lundi 3 novembre 2014

Projection en avant-première du film "Le Silence et la douleur" (lundi 3 novembre, Tulle)

Peuple et Culture Corrèze, Pyramide production et le cinéma Le Palace de Tulle vous proposent de découvrir en avant-première le dernier film de Patrick Séraudie : Le Silence et la douleur, sur les événements du 9 juin 1944 à Tulle.

4279.1.jpg

À Tulle le 9 juin 1944, 99 hommes sont pendus aux balcons de la ville et 149, déportés.

Ce crime est perpétré par des éléments de la 2ème division blindée SS Das Reich. Le lendemain, cette même division massacre le village d’Oradour-sur-Glane. Si Oradour est ancré dans la mémoire collective, la situation est toute autre à Tulle.

Pour tenter d’en comprendre les raisons, il faut aujourd’hui revenir sur le déroulement des exactions en convoquant les témoins, en recherchant les traces et en décryptant les lieux du drame. À Tulle, une « chape de plomb » s’est abattue. Elle était au cœur même des évènements, fruit de la volonté des SS et n’a cessé de se développer.

Le silence et la douleur comme un poison inoculé, un effet durable par-delà les blessures.

Projection en présence du réalisateur, Patrick Séraudie

Rendez-vous lundi 3 novembre à 21h00
Cinéma Le Palace, Tulle
Tarif unique : 5€

vendredi 31 octobre 2014

Soirée ciné-mémoire en Limousin (vendredi 21 novembre)

Autour du 1er mai et le cinéma le Palace, en partenariat avec la Cinémathèque Française et les Archives françaises du film du CNC vous convient à la soirée Ciné-mémoire en Limousin, le vendredi 21 novembre. Au programme, la découverte sur grand écran de films du patrimoine tournés en Limousin.

HACELDAMA - DUVIVIER

Au mois de mars 2014, lors d'une rencontre, Hélène Laporte-Jeanot évoque avec Sylvie Dreyfus Alphandéry (Autour du 1er mai) une anecdote familiale à propos d'un film de Julien Duvivier, tourné en Corrèze en 1919, dont elle a souvent entendu parler par sa famille, mais qu'elle n'a jamais vu : Haceldama ou le prix du sang.

Ses arrières grands-parents, qui tenaient alors une auberge au Châtaignier (Saint-Martial de Gimel), avaient hébergé l'équipe de tournage du film, et son arrière grand-père y avait même fait de la figuration, accompagné de sa mule ! Cette mule devint d'ailleurs la mascotte de l'équipe de tournage ! Ces souvenirs ont été transmis dans la famille de générations en générations, et ce sont ces témoignages familiaux qui nous permettent aujourd'hui de redécouvrir une part du patrimoine cinématographique corrézien.

La Cinémathèque française détient une copie de ce film et, à la demande d'Autour du 1er mai, accepte de la confier au cinéma le Palace pour le faire découvrir au public de la Corrèze.

Les Archives du film du CNC s'associent à ce projet pour proposer, comme dans les séances de cinéma d'autrefois, un court-métrage tourné en Limousin : R5 autour d'un maquis, de Georges Lannes et Paton (1944).

Rendez-vous vendredi 21 novembre à 20h30
Cinéma Le Palace, Tulle
Toutes les informations sont à retrouver sur ce document

jeudi 30 octobre 2014

Projection à Tulle "Les Fils de la terre" (jeudi 6 novembre)

Peuple et Culture Corrèze et Solidarité Paysans Limousin vous proposent une soirée de projection débat autour du film d'Édouard Bergeon : Les Fils de la terre : Le combat quotidien de Sébastien, agriculteur, et de sa famille, leurs espoirs et leurs déceptions…

4278.1.jpg

Le film d’Édouard Bergeon nous propose de faire la connaissance d’un jeune producteur de lait, Sébastien Itard, possédant un cheptel de 80 vaches laitières dans le département du Lot, et qui, si tout se déroule comme le prévoient les carnets de comptes au début du film, va devoir partir… Pour aller où ? Et pour faire quoi ?

Rendez-vous jeudi 6 novembre à 20h30
Salle Latreille, Tulle
Les informations pratiques sont à retrouver sur ce document

mercredi 29 octobre 2014

Mare Magnum, projection en Corrèze (vendredi 7 novembre)

Peuple et Culture Corrèze et l'Amicale laïque de Saint-Jal vous proposent une soirée de projection-débat autour du film Mare Magnum, d'Ester Sparatore et Letizia Gullo, qui relate la campagne électorale houleuse de la candidate municipale écologiste Giusi Nicolini à Lampedusa, et offre un point de vue inédit sur cette île.

mare-magnum-st-jal-1.jpg

La campagne électorale houleuse de la candidate municipale écologiste Giusi Nicolini sur l’île de Lampedusa offre un point de vue inédit sur cette île aussi abandonnée du cinéma qu’elle l’est du reste du monde. Devenue malgré lui le cimetière de l’immigration africaine en Europe, cet archipel devient tout à coup sous nos yeux un lieu habité. Avait-on pensé aux résidents, dépassés en nombre à l’hiver 2011 après les exils dus au « Printemps arabe », et laissés de côté par le gouvernement berlusconien ?

Ester Sparatore et Letizia Gullo posent leur regard au milieu de cet abandon-là. Plutôt que de partir de la représentation médiatique, elles emboîtent le pas à une candidate à la mairie, Giusi Nicolini, dont l’écologisme et le métier d’origine (elle dirigeait la réserve naturelle du cru) la placent à l’écart du maelström politicard dont le film se fait aussi l’écho en quelques scènes drolatiques.

(Charlotte Garson, Festival Cinéma du Réel)

Rendez-vous vendredi 7 novembre à 20h30
À la salle des fêtes de Saint-Jal

mardi 14 octobre 2014

Commémoration du 17 octobre 1961 à Tulle (vendredi 17 octobre 2014)

La ville de Tulle vous propose une soirée de commémoration des événements du 17 octobre 1961, à la médiathèque Éric Rohmer, vendredi 17 octobre à partir de 18h00.

17 octobre 1961. À l’appel du Front de Libération Nationale (F.L.N.), des milliers d’Algériens venus de Paris et de toute la région parisienne, défilent contre le couvre-feu qui leur est imposé. Cette manifestation pacifique sera très sévèrement réprimée par les forces de l’ordre…

Au programme :

  • 18h00 : temps de recueillement au niveau de la plaque commémorative située à l’entrée de la médiathèque Eric Rohmer et pour un hommage à Jean-Luc Einaudi.
  • 20h00 : 20 heures, médiathèque Eric Rohmer, projection du film de Yasmina Adi : Ici, on noie les Algériens, puis échanges autour du film.

50 ans après le 17 octobre 1961, la cinéaste met en lumière une vérité encore taboue. Mêlant témoignages et archives inédites, histoire et mémoire, passé et présent, le film retrace les différentes étapes de ces événements, et révèle la stratégie et les méthodes mises en place au plus haut niveau de l’Etat : manipulation de l’opinion publique, récusation systématique de toutes les accusations, verrouillage de l’information afin d’empêcher les enquêtes…

icionnoielesalgeriens.jpg

Retrouvez toutes les informations pratiques en téléchargeant ici l'invitation.

vendredi 12 septembre 2014

Projection du "Diable au corps" à Limoges, par Mémoire à vif (mardi 16 septembre)

Mémoire à vif vous propose tout au long de l'année un cycle de projections autour du centenaire de la guerre de 14-18, intitulé Guerre et Révolutions. Dans ce cadre, vous avez rendez-vous le mardi 16 septembre pour la projection du film De Claude Autant-Lara Le Diable au corps, au cinéma Le Lido, à Limoges.

4193.1.jpg

La 2ème guerre mondiale vient juste de se terminer et oser attaquer de front une France revancharde et la sacro-sainte institution du mariage en montrant l’infidélité d’une femme de soldat relève de la provocation. Et pourtant, où est l’indécence ? Dans cet amour qui bafoue la morale et les préjugés ? Ou plutôt dans ce conformisme petit-bourgeois dont Autant-Lara met à nu l’hypocrisie et la bêtise ? Le sommet est atteint au final avec cette réplique du bedeau regardant s’éloigner le cortège funèbre : « Maintenant, ce sont les femmes qui vont mourir. Chacun son tour ! »

Avant même sa sortie en salle, par peur de la censure, la production tenta de charcuter le film (remontage, scènes écourtées ou coupées) et il fallut la pression de la CGT (Syndicat des techniciens du film) qui menaça de déclencher une grève générale pour que ce sabotage soit abandonné.

À sa sortie, le film fut violemment attaqué par les associations d’anciens combattants et les ligues de moralité. Des journalistes firent même une pétition pour qu’il soit retiré de l’affiche, ce qui fut le cas dans de nombreuses villes. A la projection au Festival de Bruxelles, l’ambassadeur de France quitta la salle. La polémique fut vive et dura longtemps. Malgré ces attaques, le film fut un succès public.

Mémoire à vif

La projection sera suivie d'une rencontre avec Caroline Patte, des Archives françaises du film du CNC

Rendez-vous mardi 16 septembre à 20h30
Cinéma Le Lido, Limoges

jeudi 11 septembre 2014

Autour de l'exposition du groupe RADO : des films et des rencontres…

Dans le cadre de la double exposition du groupe RADO, au terme d’une recherche de trois années dans le pays de Tulle, une projection de 4 courts-métrages choisis par les artistes vous est proposée à Eymoutiers le 18 septembre, suivie, le 21 septembre, d'une journée d'études et d'échanges.

rado_expo.JPG

L'exposition à Tulle s'est terminée le 12 août dernier. Son pendant, au Centre international d'art et du paysage de Vassivière, est encore visible jusqu'au 2 novembre. Le groupe RADO a décidé de profiter de ce décalage pour transformer l'exposition de Vassivière, en y introduisant certaines œuvres venues de Tulle. Façon de tenter une synthèse, de tisser de nouveaux liens, d'expérimenter aussi la reprise, dans un lieu spécifiquement dédié à l'art contemporain, d'œuvres plus directement liées à la fois au contexte tulliste et à l'architecture de l'église Saint-Pierre.

Pour accompagner ce réaccrochage, deux événements :

Jeudi 18 septembre à 20 h 30, au cinéma Jean Gabin d'Eymoutiers, dans le cadre de la programmation "Le choix de l'artiste" en partenariat avec le CIAP, seront projetés quatre courts métrages choisis par RADO, dont plusieurs membres seront présents :

Dimanche 21 septembre, au terme du réaccrochage, se tiendra au CIAP une journée d'étude et d'échanges, co-organisée par PEC, RADO et le CIAP. Trois dialogues en donneront le tempo.

  • Manée Teyssandier ouvrira les débats, en revenant sur l'histoire des menées artistiques de Peuple et Culture Corrèze. Elle discutera avec Jean-François Chevrier, historien et critique d'art, des formes passées, présentes et futures de l'invention institutionnelle.
  • Puis Madeleine Bernardin Sabri présentera la situation Forêt-machine : elle expliquera pourquoi et comment une exigence artistique d'information (l'exigence d'une information artistique, et même picturale) s'est mise au service des luttes locales quant au droit d'usage de la forêt limousine. Quelques habitants du plateau de Millevaches, militants de ces luttes, dialogueront avec elle.
  • Enfin, Fanny Béguery et Adrien Malcor retraceront l'expérience des Enfantillages outillés, un atelier qui a voulu mobiliser, dans trois écoles primaires de Corrèze, les imaginaires enfantins des fonctionnements techniques. À leurs côtés, la philosophe Catherine Perret, qui s'intéresse aujourd'hui à la fois à l'anthropologie des techniques et à l'histoire du dessin d'enfant.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du groupe RADO !

mardi 17 juin 2014

Fête du cinéma à Tulle avec Michel Piccoli (du 25 au 28 juin 2014)

La Ville de Tulle vous donne rendez-vous pour la désormais traditionnelle fête du cinéma à la fin du mois de juin. Cette année, c'est Michel Piccoli qui vous accueillera durant ces trois jours, accompagné par le réalisateur Jacques Rouffio.

piccoli_tulle.JPG

Au programme, des projections, rencontres et créations en ville (Tulle) et à la campagne (Saint Mexant) autour de 8 films interprétés par Michel Piccoli

  • La Fille prodigue, de Jacques Doillon
  • La Plage noire, de Michel Piccoli
  • La Passante du sans souci, de Jacques Rouffio
  • Habemus Papam, de Nani Moretti
  • Le Mépris, de Jean-Luc Godard
  • Adieu Bonaparte, de Youssef Chahine
  • Train noir, de Michel Piccoli

Quelques temps forts de cette programmation :
Mercredi 25 juin à 20h30, Saint-Mexant, ferme de Maryline et Léo Mertens (Lachassagne – route de Seilhac)
=> Projection de Le Sucre de Jacques Rouffio, en présence du réalisateur et de Michel Piccoli

Vendredi 27 juin à 18h, Tulle, passerelle de nacre
=> Vernissage sur la rivière Corrèze de l’oeuvre Masque d’Hélène Fraysse, Accompagnement par la chorale Asphodèle

Samedi 28 juin à 10, Tulle, médiathèque intercommunale Eric Rohmer
=> Concert de Gwenolla Maheux et échanges avec Michel Piccoli et Jacques Rouffio

Rendez-vous du 25 au 28 juin 2014
À Tulle et en Pays de Tulle
Tout le programme est à consulter ici !

mercredi 4 juin 2014

Projection : "9 juin 1944, Tulle. 70 ans après, sauvegarder la mémoire"

Certains habitants, témoins, victimes ou acteurs des évènements dramatiques survenus en juin 1944 à Tulle ont encore des souvenirs individuels, des images, un vécu… 70 ans après, consciente de l’urgence de sauvegarder cette mémoire, dans la continuité des actions engagées par les associations locales, la Ville de Tulle a souhaité réaliser des enregistrements filmés afin de constituer un fonds de témoignages vidéo qui seront pour les historiens des archives orales, publiques, complémentaires aux documents écrits conservés par ailleurs. Les Archives Municipales et le Pôle Musées, en partenariat avec l’association Peuple et Culture, réalisent cette collecte. Un montage de ces entretiens sera projeté vendredi 6 juin à la Médiathèque Éric Rohmer.

tulle_70ans_memoire.jpg

  • L'Histoire

Le 8 Juin 1944, la division blindée SS Das Reich entre dans Tulle, qui vient d'être libérée par les maquis F.T.P.F (Francs Tireurs et Partisans Français). Le 9 Juin au petit matin, les SS prennent en otage des centaines d'hommes et les rassemblent dans la manufacture d'armes. Après un tri absurde et arbitraire qui durera des heures, 99 hommes de 17 à 42 ans sont pendus aux balcons et réverbères de la ville dans un climat de terreur sous les yeux de la population. Plus de 150 hommes sont déportés dont plus d'une centaine ne reviendront pas des camps de concentration. Le 10 JUIN au matin, la même division prend le chemin d'Oradour sur Glane…
Ces hommes n'ont pas été les seules victimes. Le 7 Juin, 18 gardes-voies avaient été assassinés à bout portant par l'armée allemande, le 8 Juin, 6 maquisards tués par la Das Reich à Pounot de Laguenne lors d'une expédition de nuit décidée par l'Armée Secrète, d'autres hommes, quelques femmes et une enfant tués ou assassinés lors de ces terribles journées de JUIN 1944.

  • Le travail de Peuple et culture

Voici 20 ans, pour le 50ème anniversaire du 9 juin 44, Peuple et Culture engage un travail sur ces évènements alors qu’à cette époque, seule la commémoration annuelle les rappelle, qu’ils sont effacés de la mémoire nationale et que le silence pèse sur la ville et les familles de victimes. Recueil de photographies et de témoignages auprès des familles, affiche de l’artiste Ramon qui pour la première fois donne visage aux hommes pendus, film La mémoire des vivants de Jean Pradinas, Livre blanc conçu par la graphiste Estelle Pianet, œuvres plastiques réalisées par des artistes, DVD, telles sont les initiatives à l’actif de Peuple et Culture.
En ce 70ème anniversaire, une pensée particulière pour Patrick Teyssandier qui jusqu’à sa mort accidentelle en octobre 2011 a, depuis 1994, constamment et patiemment continué à maintenir les contacts avec les familles et élargir le recueil de photographies, de documents, de témoignages.

Rendez-vous vendredi 6 juin à 18h30
À la médiathèque Éric Rohmer, Tulle
Les informations pratiques sont à retrouver ici

mardi 20 mai 2014

7ème édition du festival Bobines rebelles les 13 et 14 juin

Depuis 7 ans, Bobines rebelles est le rendez-vous du documentaire politique et social en Creuse. Ce festival est l’occasion de voir des films documentaires aux points de vue affirmés pour favoriser une lecture critique de la réalité et l'émergence d'une conscience politique assumée. Le festival se tiendra cette année les 13 et 14 juin à Royère-de-Vassivière.

bobinesrebelles2014.JPG

Au programme, des projections en continue, pendant une soirée et une journée, avec notamment :

Rendez-vous vendredi 13 juin au bar l'Atelier à Royère-de-Vassivière
Et samedi 14 juin au Villard
Toutes les informations sont à retrouver sur le programme à télécharger ici !
Rendez-vous également sur le site du festival.

lundi 31 mars 2014

Entr'acte. Expériences cinématographiques et regards sur la ville. 25 et 26 avril à Tulle

Autour du 1er mai, La Cour des arts et la médiathèque Éric Rohmer se sont, pour la première fois, associés afin de vous proposer une programmation exceptionnelle de films réalisés par des artistes au début du siècle, et qui illustrent également la fascination des cinéastes des premiers temps pour les villes. Rendez-vous les 25 et 26 avril.

affiche_entracte2.jpg

Cette année, la Cour des arts souhaite s'associer à la démarche éprouvée par Autour du 1er mai en participant à la programmation de films qui s'inscrivent délibérément dans la création artistique.

Il s'agira de vous proposer des films réalisés par des artistes. On pense naturellement aux expériences menées par Man Ray dans ce domaine. Le choix se portera aussi vers des films qui traitent du thème de la ville, et la façon dont les artistes la voient.

Par cette double approche, nous souhaitons montrer le travail en mouvement de l'artiste dans le processus de création. Comment le film rend-il compte d'une démarche artistique en la libérant du secret de l'atelier ? Aujourd'hui la vidéo en est une déclinaison, elle fait partie des moyens d'expression de nombreux artistes contemporains. La vidéo est à la fois un outil de la création et un des matériaux disponibles. Ce partenariat contribue à mettre en exergue un des aspects de la création artistique.

Au programme :

  • Vendredi 25 avril, 18h30 médiathèque Éric Rohmer :
    • Entr’acte, René Clair, 1924, 20 mn
    • La Coquille et le Clergyman, Germaine Dulac, scénario Antonin Artaud, 1929, 30mn
    • Étude cinématographique sur une arabesque, Germaine Dulac, 1930, 7 mn
    • Le Retour à la raison, Man Ray, 1923, 3 mn
    • Symetrie/3 - Chorégraphie pour Mathilde Rader, Marion Castor, 2007, 3 mn
  • Vendredi 25 avril, 20h30 médiathèque Éric Rohmer :
    • Emak-Bakia, Man Ray, 1926, 17 mn
    • Les Mystères du château de Dé, Man Ray, 1929, 25 mn
    • Autoportrait, Man Ray, 1930, 6 mn
    • Rythmus 21, Hans Richter, 1921, 3 mn
    • Le Bauhaus de Dessau, Frédéric Compain, 2000, 28 mn
  • Samedi 26 avril, 14h00 médiathèque Éric Rohmer :

Chaque projection sera suivie d'une discussion avec différents intervenants.

Retrouvez ici le programme complet et toutes les informations pratiques
Entrée libre

vendredi 21 février 2014

Projection "Les Jours heureux" au cinéma Louis Jouvet, Uzerche

Le cinéma Louis Jouvet, à Uzerche, vous propose une soirée projection autour du film Les Jours heureux, de Gilles Perret. La séance sera suivi d'un débat avec Raymond Macherel, membre de l'équipe du film. Rendez-vous le jeudi 27 février.

affiche_les-jours-heureux.jpg

Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France. Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ».
Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.
Ce film vise à retracer le parcours de ces lois, pour en réhabiliter l’origine qui a aujourd’hui sombré dans l’oubli. Raconter comment une utopie folle dans cette période sombre devint réalité à la Libération. Raconter comment ce programme est démantelé depuis, questionner la réalité sociale d’aujourd’hui, et voir comment les valeurs universelles portées par ce programme pourraient irriguer le monde demain.

Rendez-vous jeudi 27 février à 21h00
Cinéma Louis Jouvet, à Uzerche (Corrèze)

mercredi 11 décembre 2013

Marinaleda, un village en utopie : projection à Limoges

Mémoire à vif est une association de Limoges qui mène un travail sur la mémoire, et plus particulièrement sur les mémoires occultées, pour déboucher sur des solidarités avec les combats d’aujourd’hui. Dans le cadre de son cycle de projections "Ces braises qui mettront le feu à la plaine", Mémoire à vif vous propose une soirée de ciné-débat autour du film Marinaleda, un village en utopie, de Sophie Bolze. Rendez-vous le 17 décembre.

Pourquoi cette soirée est-elle importante le 17 décembre :
marinaleda.jpg

Beaucoup d'entre vous ont sans doute, entendu parler de Marinaleda, ce village d'Andalousie qui, depuis 1979, a mis en place un système social, économique et politique à contre-courant du modèle prédominant en s'appropriant une grande exploitation agricole inexploitée qui appartenait à une famille aristocratique. Son maire, Juan Manuel Sanchez Gordillo, réélu sans discontinuité depuis 1979, vient d'être condamné, avec 3 autres dirigeants du SAT ( Syndicat des travailleurs Andalous), à 7 mois de réclusion pour avoir occupé, durant l'été 2012, le domaine Las Turquillas, propriété publique dont 1000 hectares sur les 1200 étaient laissés en friche.

À plusieurs reprises, le SAT a occupé des terres agricoles à l'abandon pour réclamer leur redistribution aux paysans sans terre. C'est le cas du domaine de Somonte, occupé depuis mai 2012 et où a été créée une coopérative qui cultive des fruits et des légumes revendus sur les marchés locaux des alentours.

Mémoire à Vif, en soutien aux 4 dirigeants du SAT, vous propose de découvrir ces expériences et d'en débattre mardi 17 décembre au cinéma le Lido, où sera présenté le film de Sophie Bolze Marinaleda, un village en utopie, en présence de Dominique Danthieux, historien qui travaille actuellement sur les alternatives qui existent dans notre région et Thierry Letellier, paysan creusois ( sous réserve).

Mémoire à vif

Rendez-vous mardi 17 décembre à 20h30
Cinéma Le Lido, Limoges
Toutes les informations pratiques sont à retrouver ici

mercredi 20 novembre 2013

Le prochain film de Patrick Séraudie a besoin de votre soutien

Peuple et Culture Corrèze a lancé mardi 20 novembre une campagne de mécénat populaire soutenue par la Fondation du Patrimoine pour aider au financement de la réalisation du film de Patrick Séraudie Le Silence et la douleur. Un film qui sortira à l'occasion de la commémoration du soixante dixième anniversaire du 9 juin 1944 à Tulle...

silence_douleur.jpg

Le mois de juin 2014 sera marqué par le soixante dixième anniversaire du 9 juin 1944 à Tulle. Cette tragédie fait partie de la mémoire collective de la ville. Patrick Séraudie, cinéaste et producteur en Limousin travaille actuellement à la réalisation d'un film sur ces événements : Le Silence et la douleur, dont la sortie est prévue en avant-première à Tulle le 9 juin prochain, puis à l'automne en salle de cinéma en sortie nationale.

L'association Peuple et Culture, (qui, patiemment depuis plus de vingt ans, a établi des contacts étroits avec des familles de victimes et rassemblé un grand nombre de témoignages et documents) lui prête son concours. Pour financer ce film, Pyramide Production, a sollicité de nombreux partenaires, des collectivités territoriales aux organismes de soutien au cinéma. Tous participent à la hauteur de leurs moyens. La Fondation du Patrimoine, dont la mission est d’impulser une politique active de mobilisation du secteur privé – à l’échelle des citoyens comme des entreprises - en faveur du patrimoine, a reconnu les événements du 9 juin 1944 comme étant constitutifs du patrimoine immatériel de la ville de Tulle. Elle soutient ce projet en nous aidant à lancer un appel public au mécénat populaire. En fonction de vos possibilités, quelle que soit votre contribution, votre participation sera précieuse et appréciée à sa juste valeur, tout en bénéficiant à titre individuel d'avantages fiscaux (*).

Vous pouvez télécharger ici le bulletin de souscription.

(*) Les dons aux organismes reconnus d'utilité publique, comme Peuple et Culture, ouvrent droit à des dispositions fiscales :

  • Vous êtes un particulier, votre don est déductible de l'impôt sur le revenu à hauteur de 66% du don et dans la limite de 20% du revenu imposable.
  • Vous êtes une personne soumise à l'ISF, votre don bénéficie d'une réduction d'impôts de 75% du don, dans la limite de 45 000 €uros
  • Vous représentez une entreprise, vous bénéficiez d'un crédit d'impôt de 60%, dans la limite de 5‰ de votre chiffre d'affaire.

jeudi 14 novembre 2013

Projection débat en Corrèze autour du film "Pour vivre j'ai laissé"

Peuple et Culture Corrèze vous convie samedi 16 novembre à 17h00 à Peyrelevade à la projection du film collectif, initié par Bénédicte Liénard, Pour vivre l'ai laissé. Cette projection sera suivie d'un débat autour du projet de construction d'un Centre d'Aide aux Demandeurs d'Asile (CADA) à Peyrelevade.

540.2.jpg

Né d’une démarche militante, concrétisé sous la forme d’un atelier vidéo, le film est avant tout un incroyable acte cinématographique brut qui transcende la dynamique habituelle d’atelier pour accéder, enfin, au cinéma. Car bien au-delà du récit de vie, du constat ou du témoignage, le film travaille une autre dimension, celle du lien, de l’écoute, du "nous-ici-ensemble". Et par un subtil jeu de miroir, il questionne enfin les frontières de notre regard sur les demandeurs d’asiles, et pose la limite de la compréhension du monde à travers l’unique lorgnette de l’image brute du réel. Un film comme celui-ci, par sa poésie et son épure, ouvre enfin un champ de sens et de lien possible. Ceci n’est pas un film d’atelier au sens classique du terme, où des cinéastes armés du pouvoir de l’outil et de la connaissance du cinéma investiraient un lieu et guideraient des personnes vers l’expression de leurs récits de vie. Ici, on assiste enfin à une réelle appropriation d’une expression poétique, métaphorique, politique... donc cinématographique de leur intimité. Ici les frontières du cinéma d’intervention sociale explosent et un pas essentiel est franchi.
JPC

Rendez-vous samedi 16 novembre à 17h00.
Salle des fêtes de Peyrelevade.

- page 2 de 3 -