Partager le cinéma

Le Blog d’Autour du 1er mai

lundi 6 mars 2017

Bretagne et diversité : 700 films emblématiques de la diversité culturelle dans le monde

Petit focus aujourd'hui sur le site BED - Bretagne et diversité, qui recense 700 films emblématiques de la diversité culturelle dans le monde, né en Bretagne, en lien avec le festival de Douarnenez.

BED.PNG

Bretagne et diversité, c'est :

  • 700 films en accès libre (dont 350 en intégralité), 13 peuples (autochtones, métissés, sans état, en lutte), 10 thématiques, 39 éditions du Festival de Cinéma de Douarnenez et 70 réalisateurs interviewés !
  • Un projet généreux, pour voir et revoir gratuitement des films emblématiques de la diversité culturelle dans le monde, des documentaires sur les peuples minoritaires, des interviews de réalisateurs engagés et passionnés.
  • Un outil pédagogique en accès libre, pour rassembler des ressources, et les re-partager.
  • Une entrée par peuple avec chaque fois, pour contextualiser les images, une carte, la contribution d'un universitaire sur le sujet et un focus sur le cinéma.
  • Un site-ressource, un outil pour les étudiant.e.s autant que pour leurs professeur.e.s, pour les chercheurs, les chercheuses, les curieuses et les curieux à explorer de fond en comble pour alimenter des projets et des filmographies !

jeudi 2 mars 2017

Campagne de financement participatif pour le film "ECUADOR, mon pouvoir dans la constitution ?"

Nous relayons aujourd'hui un appel pour soutenir la production du film ECUADOR, mon pouvoir dans la constitution ?


Nous sommes heureux de vous présenter notre documentaire long-métrage indépendant sur la révolution citoyenne en Équateur, avec ses points positifs et ses contradictions, avec ses liens et ses discordes avec l'Europe : ECUADOR, mon pouvoir dans la constitution ? (le titre du film fait référence à la phrase écrite sur le bandeau présidentiel équatorien)

Nous vous laissons découvrir la bande annonce du film et la vidéo du financement participatif, permettant de pré-acheter le dvd : https://www.touscoprod.com/fr/ecuador

ecuador.jpg

LE PROJET :

L'Équateur est un pays connu de tous, avec ses îles Galápagos, ses volcans, son chocolat, son café, ses roses et ses chapeaux de Panama... Mais ce petit pays d'Amérique du Sud fait preuve d'une originalité politique et économique malheureusement trop méconnue. Notre idée ? Faire découvrir et comprendre ce que sont la "Révolution Citoyenne" et le "Buen Vivir" à travers un voyage du Nord au Sud, de la côte à la sierra, à la rencontre d'une population multiethnique et multiculturelle.

Les événements qui animent l'Équateur sont des sources de réflexion importantes sur la situation de la France actuelle. A l'image des élections présidentielles qui auront lieu en Équateur en Février et en France en Mai, le documentaire crée des ponts entre ces deux pays très différents et pourtant très liés !

UN FINANCEMENT PARTICIPATIF, POURQUOI ?

Nous sommes deux français et un équatorien: François, Florian et Matias. Jeunes et indépendants, nous avançons depuis maintenant 3 ans avec notre argent et beaucoup de motivation. Mais pour que le film soit achevé dans de bonnes conditions et pour qu'il soit diffusé, il nous faut plus de moyens !

Pourquoi ? Pour l'achat des images d'archives, de la musique, les frais d'inscriptions en festivals et les frais de communication (fabrication des supports de diffusion, affiches, flyers, déplacements...), payer des professionnels spécifiques pour le calibrage du son et de la couleur, etc. Les frais sont donc importants et toute aide est bonne à prendre !

POUR NOUS AIDER ?

Lien du financement participatif: https://www.touscoprod.com/fr/ecuador (jusqu'au 16 avril)

Pour toutes questions, demandes d'information, ou pour nous proposer votre aide, qui sera la bienvenue, une seule adresse: projet.ecuador@gmail.com

mardi 28 février 2017

Appel à films sur le thème de la critique sociale

Dans le cadre du festival de films libres de critique sociale, qui se tiendra les 12, 13 et 14 mai 2017, au cinéma l’Univers à Lille, le collectif Lent Ciné lance un appel à films.

appellccs1.jpg

Collectif de production audiovisuelle au sein des Objecteurs de Croissance de Lille, Lent ciné se donne pour objectif la création d’œuvres qui font réfléchir, dans le but d’essaimer les idées de la décroissance, mais aussi le partage de savoir, notamment technique, pour permettre au plus grand nombre de s’exprimer.

Cette année, Lent ciné organise son premier festival de films. Pendant trois jours, nous diffuserons les œuvres retenues sur le thème de la critique sociale, dans lesquelles seront mis en avant des points de vue en images sur d’autres manières de penser la société. Notamment à travers les luttes contre le capitalisme et son monde, contre toutes les formes d’oppression et de domination, et pour la décolonisation des imaginaires. Documentaire, fiction, animation, toutes formes cinématographiques sont les bienvenues, sans limite de temps.

Nous souhaitons avec ce festival prendre le temps de discuter, se confronter, découvrir, se laisser surprendre, réfléchir. Toutes les séances seront accompagnées, et nous inviterons quelques membres de l’équipe des films.

Conditions :

  • L’inscription et la participation sont gratuites.
  • L’inscription se fait en ligne sur le site www.lentcine.oclille.fr.
  • La date limite d’inscription est le vendredi 10 mars 2017 à minuit.
  • Sans limite de temps.
  • Les films proposés devront être libres de droit.
  • Les films sont à soumettre via une plate-forme d’hébergement vidéo ou de fichiers ou sur support physique. Si vous voulez nous envoyer un support physique, merci de nous contacter par mail.

Pour plus de renseignements, rendez-vous ici !

jeudi 23 février 2017

Documentaire sur grand écran publie une lettre ouverte au CNC

Lettre ouverte à Frédérique Bredin, présidente du CNC

QUE VIVE LE DOCUMENTAIRE SUR GRAND ECRAN !

A sa création en 1992, Documentaire sur grand écran (DSGE) se donnait pour mission l’aide au retour du cinéma documentaire en salles. Aujourd’hui, après des années d’un travail de distribution et de diffusion, c’est près d’une centaine de films documentaires qui sortent en salles chaque année. Pour autant rien n’est acquis, et le grand écran reste un enjeu essentiel pour la rencontre des films documentaires avec les publics.

C’est dans ce contexte que Documentaire sur grand écran a -plus que jamais- un rôle essentiel à jouer. Tant par le travail d’accompagnement de nouveaux films, par la sortie des documentaires de patrimoine, par le travail de formation de programmateurs ou d’exploitants. DSGE continue d’assurer le lien indispensable entre les auteurs, l’histoire du genre et le public en salles. Tous les professionnels le savent : la distribution et l’exploitation en salles d’un film documentaire se travaillent toujours d’une façon singulière et l’accompagnement du film est la clé de la réussite de sa sortie.

Or, depuis un an, notre principal financeur, le CNC, nous exhorte à mutualiser nos activités avec diverses associations actives, elles, sur d’autres terrains du champ du documentaire. A défaut d’obtempérer, l’association est menacée d’une très lourde diminution de la subvention du CNC, qui pourrait signifier sa disparition à brève échéance.

Ceci, au moment même où le CNC est missionné par le ministère de la Culture pour mettre en chantier -avant les élections- une « Cinémathèque du documentaire ». Ce projet, initié par la SCAM, réunit des structures travaillant sur la diffusion et l’information en ligne, la télévision et les bibliothèques : la SCAM, Images en Bibliothèques, la plateforme VOD Tënk, la Bibliothèque Publique d’Information, la Bibliothèque Nationale de France, le site ressources film-documentaire.fr… sous la houlette de la Direction du patrimoine cinématographique du CNC. Les salles de cinéma sont inexplicablement absentes du projet… Tout comme DSGE, alors que l’association est un parfait outil pour inscrire la diffusion en salles dans ce projet.

Nous nous alarmons de la portée de ces menaces qui pèsent sur une association dédiée à la promotion et à la diffusion du documentaire sur grand écran. Comment penser une cinémathèque qui se veut un réseau national de diffusion, sans y associer les salles de cinéma ? Serait-il question de cantonner le documentaire aux plateformes numériques, aux cinémathèques, à la télévision et aux bibliothèques ?

C’est pourquoi nous demandons au CNC :

- La levée des menaces qui pèsent sur l’avenir de l’association « Documentaire sur grand écran » - La participation de « Documentaire sur grand écran » au groupe de création de la « Cinémathèque du documentaire » - Le renforcement des moyens de l’association afin de mettre en œuvre des propositions constructives en direction des salles dans le cadre du projet de « Cinémathèque du documentaire »

Le conseil d’administration de Documentaire sur grand écran :

Annick PEIGNE-GIULY (journaliste, présidente de DSGE et de Corsica.Doc) Arlène GROFFE (exploitante, Ciné 104 Pantin) Colette PIAULT (cinéaste, anthropologue, cofondatrice de DSGE) Richard COPANS (réalisateur, producteur Les Films d’Ici) Maïté PELTIER (programmatrice, Festival Filmer le travail) François CAILLAT (réalisateur) Jean-Yves de LEPINAY (Président d’Images en bibliothèques) Gérard COLLAS (producteur, INA) Marie BALDUCCHI (productrice, Agat Films) Elena JIMENEZ (Cinémathèque de Tanger, Les Films de la Villa) Michèle SOULIGNAC (Directrice Périphérie) Jean-Michel AUSSEIL (co-fondateur de DSGE, administrateur du Festival CinéSalé)

Pour signer cette pétition, rendez-vous ici.

lundi 13 février 2017

14ème édition du festival Bobines sociales 2017 (Paris et région parisienne, du 19 au 26 février)

Cette 14ème édition du Festival Bobines Sociales vous propose une mosaïque de regards portés sur ces luttes qui sont aussi les nôtres, à travers des projections « hors les murs » et à La Bellevilloise.

Affiche2017_bobinessociales.png

Certains récupèrent, partagent, font du plein avec des riens.
D’autres traversent les océans pour fuir un monde invivable et échouent dans des camps qui ne le sont pas moins.
Quelques irréductibles font le choix de rester quand d’autres quittent leur univers sinistré.
Les uns saisissant les armes, d’autres empoignent les mots.
Du 19 au 26 février, à travers des projections « hors les murs » gratuites en semaine et à prix Bobines le week-end à La Bellevilloise, cette édition du Festival Bobines Sociales est une mosaïque de regards portés sur ces luttes qui sont aussi les nôtres.

Quelques films au programme :

Le programme est à retrouver ici !

mardi 7 février 2017

Appel à films pour le festival de cinéma politique de Buenos Aires (jusqu'au 22 février)

Le Festival international de cinéma politique, dont la 7ème édition se tiendra en mai prochain à Buenos Aires, est à la recherche de films pour sa prochaine programmation ! Vous avez jusqu'au 22 février pour proposer de films.

7_-FICIP-Convocatoria-copy.jpg

Le 7ème Festival international de cinéma politique (FICIP) se tiendra à Buenos Aires au mois de mai 2017, et propose de faire connaître et diffuser les œuvres cinématographiques autour du thème politique, étant entendu que chaque histoire, événement, combat, plainte sont des faits politiques qui nous traversent et qui concernent la communauté.
L'appel à films est ouvert aux longs, moyens et courts métrages, argentins ou internationaux, qui proposent un point de vue politique sur la société, qu'ils soient de fiction, documentaire, animation… terminés depuis le 1er janvier 2014.

Pour plus d'informations :

Pour enregistrer votre inscription, c'est ici !

jeudi 19 janvier 2017

2 projections-rencontres au Musée de l'Histoire de l'immigration (jeudi 2 février)

Jeudi 2 février, rendez-vous au Musée de l'histoire de l'immigration pour deux séances de projections-rencontres à ne pas rater !

CNHI_2fev2017.JPG

  • 12h30 : ciné-midi => L'Amour existe

Tous les premiers jeudis du mois, le Palais de la Porte Dorée vous propose de découvrir un ou plusieurs films courts pendant la pause déjeuner. L’occasion de rencontrer de jeunes réalisateurs talentueux et prometteurs.

Pour cette cinquième séance, deux films sont présentés : Vers la tendresse d'Alice Diop et Guy Moquet de Demis Herenger

Avant-première du film réalisé dans le cadre de la résidence du Grec 2016 et lancement de la résidence 2017.

Rendez-vous jeudi 2 février à 12h30 et 19h30
À l'Auditorium Philippe Dewitte, Musée national de l'Histoire de l'immigration
Tous les renseignements pratiques sont à retrouver ici et .

jeudi 12 janvier 2017

Prochaine soirée Doc & doc : deux amis, un cheval et quelques poulets (mardi 17 janvier)

Documentaire sur grand écran et le Forum des images vous convient à la prochaine soirée Doc & doc, avec la projection de deux films : Cocorico! Monsieur Poulet, de Jean Rouch, et Bienvenue la chance, de Gaspard Hirschi et Emmanuel Lautréamont.

flyer_17_janv_2017_rdeg_envoi_1_0.jpg

L’humeur burlesque, le goût amer de la poésie… C’est cet esprit rouchien qui plane sur le film des jeunes Lautréamont/Hirschi. Cocorico ! Monsieur Poulet et Bienvenue la chance : deux fables sur la quête du bonheur, la malchance flamboyante.
Quarante années séparent ces deux films, mais ils semblent faits d’un même goût pour le hasard, les accidents de parcours, les personnages à risque… un cinéma qui jubile du pouvoir fictionnel du réel. Les aventures des deux amis filmées par Jean Rouch dans Cocorico ! Monsieur Poulet trottaient évidemment dans la tête d’Emmanuel Lautréamont et de Gaspard Hirschi en suivant leurs deux lascars de Bienvenue la chance. Il faut ce même rapport crânement joueur au cinéma et aux personnages pour tenir le pari de ce film jusqu’à son terme.
Annick Peigné-Giuly, présidente de Documentaire sur grand écran

Au programme :

La séance de 21h00 sera suivie d'une discussion avec les cinéastes Gaspard Hirschi et Emmanuel Lautréamont, et Hervé Gauville, critique d'art, membre du jury Corsica doc 2016.

Rendez-vous mardi 17 janvier à 19h00 et 21h00
Au Forum des Images, Paris
Pour plus de renseignements, rendez-vous ici

mercredi 11 janvier 2017

Rendez-vous des docs : Un paese di Calabria (16 janvier 2017)

Documentaire sur Grand écran vous convie à son prochain Rendez-vous des docs autour de la thématique "contre-pouvoirs", avec la projection du film Un Paese di Calabria, de Shu Aiello et Catherine Catella.

flyer_rvdd_16_janv_2017_rdeg.jpg

Rosa Maria a quitté le village un jour d’été 1931 pour en fuir la misère.
Depuis, les gens de Riace ont regardé les maisons se couvrir de lierre et les terres s’appauvrir. Ils ont pris l’habitude de scruter la mer depuis leurs collines et continuent de chérir leurs deux saints patrons Cosma et Damiano venus d’Orient.
Un jour, Baïram a accosté sur la plage de Riace avec deux cent autres kurdes. Il a décidé de s’y installer. Aujourd’hui, les gens de Riace s’appellent Roberto, Ousmane, Emilia, Mohamed. Ils ne possèdent pas grand-chose mais ils inventent au jour le jour leur destinée commune.

La projection sera suivie d'une rencontre avec les cinéastes Shu Aiello et Catherine Catella

Rendez-vous lundi 16 janvier 2017 à 20h00
Au MK2 Quai de Loire, Paris
Tous les renseignements pratiques sont à retrouver ici

19èmes rencontres du CCPPO (19-22 janvier 2017)

Le CCPO (Le Centre Culturel Populaire de Palente-les-Orchamps) vous convie à quatre jours de projections-rencontres, au cinéma Kursaal de Besançon, à l'occasion de ses 19èmes rencontres annuelles, avec un programme qui oscille entre horreur et humour.

CCPPO2017.PNG

Au programme :

  • The Act of killing, de Joshua Oppenheimer
  • Voyages en Grèce par temps de crise, sélection de courts-métrages de fiction
  • La Belle vie, Robert Enrico
  • Des jours et des nuits sur l'Aire, Isabelle Ingold
  • La Sociale, Gilles Perret
  • L'Ordre moins le pouvoir, Victor Desjobert
  • La Cigale, le corbeau et les poulets, Oliviez Azam
  • Manuela, CCPPO
  • La Comédie du travail, Luc Moullet
  • Genèse d'un repas, Luc Moullet

Rendez-vous du 19 au 22 janvier 2017
Au cinéma Kursaal, à Besançon
Le programme est à retrouver ici
Et un texte de présentation des rencontres,

mercredi 14 décembre 2016

Projections exceptionnelles de documentaires de Toshikuni Doï en sa présence (15, 17 et 20 décembre, Paris)

Dans le cadre du triple événement : Fukushima, Année 6, vous êtes invités à trois projections exceptionnelles de films de Toshikuni Doï, en sa présence, à Paris.

bts-e.jpg

Toshikuni Doï est un journaliste indépendant japonais, qui a réalisé de nombreux films documentaires. Depuis 1985, il a visité les territoires occupés à plusieurs reprises et a vécu presque pendant des mois, faisant largement état des villages palestiniens et des camps de réfugiés. Au printemps 2009, il a réalisé une série de films intitulée Une voix non entendue - Palestine, Occupation et Peuple, basé sur sa couverture de 17 ans en Palestine et en Israël.
Il a également couvert l’Asie, notamment les victimes de la bombe atomique en Corée qui se trouvaient à Hiroshima ou à Nagasaki en 1945, les femmes coréennes obligées de devenir travailleuses sexuelles et esclaves par l’armée japonaise et les enfants de la rue en Thaïlande et au Vietnam. Sa couverture de la politique du gouvernement japonais en matière de réfugiés a été saluée. Depuis avril 2003, il a visité l’Irak sous occupation quatre fois, en se concentrant sur les victimes civiles de la guerre, les droits des femmes, les mauvais traitements infligés aux prisonniers ou la torture.

Au programme :

Toutes les adresses des lieux de projections et les informations pratiques sont à retrouver ici.

lundi 5 décembre 2016

Ousmane Sow, sculpteur d'Afriques : un film à redécouvrir

Alors que nous avons appris avec tristesse le décès d'Ousmane Sow, nous vous invitons à (re)découvrir le film qui lui avait consacré Yolande Josèphe, en 1993: Ousmane Sow, sculpteur d'Afriques. Un film qui suit au plus près l'artiste et ses sources d'inspirations…

Le film est à découvrir ici.

ousmane_sow_y_josephe.PNG

Et l'article de Louise Maisons, sur le site Images de la culture :

Né à Dakar en 1935, le sculpteur Ousmane Sow réalise des statues imposantes un peu plus grandes que grandeur humaine. Déterminé dès l'enfance à être artiste et à laisser une trace, c'est guidé par la tradition qu'il cherche à retrouver l'homme des origines. Il consacre son talent à rendre hommage aux peuples africains tels que les peulhs, guerriers masaïs et les zoulous.

Tout l'amour de l'artiste pour ses propres origines et son art est contenu dans les premières images du film, où réalisant une sculpture, Ousmane Sow en caresse sensuellement la matière et les formes. Si Yolande Josephe montre l'artiste parcourant les quartiers ou les villages à la recherche des matériaux de base et produits de récupérations nécessaires à la fabrication de ses oeuvres, elle vole au passage des images de la rue, d'artisanat, de danses rituelles, sans doute en quête des figures mythiques et des peuples parfois décimés, qui peuplent l'imaginaire du sculpteur.

mercredi 16 novembre 2016

Enfin des bonnes nouvelles : le nouveau film de Vincent Glenn

Nous accompagnons la sortie en salle du nouveau film de Vincent Glenn : Enfin des bonnes nouvelles ! Un film de fiction qui met en scène le parcours d'un homme passé en quelques années du statut de cinéaste dépressif à celui d’homme d’affaires adulé du monde économique. Une fiction qui traite des thèmes de prédilection de Vincent Glenn, par ailleurs réalisateur notamment du film Indices, et initiateur, avec Christophe Alévêque, de la Fête de la dette.

enfin-des-bonnes-nouvelles.jpg

Ils étaient au chômage, ils sont devenus immensément riches en un temps record, et bien sûr, ça leur pose quelques problèmes, mais ce n'est pas l'essentiel. L'essentiel, c'est qu'entre-temps, ils sont complètement bouleversé l’économie mondiale. Comment s'y sont-ils pris ? C'est ce que cherche à comprendre l'animateur vedette de Radio France Plurielle, la jeune et très populaire station de radio publique. Au commencement, une idée simple, une simple idée…

Sortie en salles le 30 novembre 2016.
Plus d'informations sur le site de la coopérative DHR, producteur et distributeur du film.

vendredi 4 novembre 2016

La Mairie du 11ème fête l'ESS ! (du 15 au 29 noevmbre 2016)

La Mairie du 11ème arrondissement de Paris vous convie à une série de rendez-vous pour fêter l'Économie sociale et solidaire : balade-découverte, conférences-débats, ateliers, rencontres de l'emploi dans l'ESS… Des événements dans tout l'arrondissement !

L’Économie Sociale et Solidaire (ESS) est «un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine». Les entreprises de l’ESS répondent aux conditions suivantes :

  • Gestion démocratique : le principe « une personne =une voix » s’applique quelle que soit la somme investie au capital et le temps passé.
  • Utilité sociale du projet : une structure de l’Économie Sociale est nécessairement au service d’un projet.
  • Mixité des ressources : les ressources de ce secteur sont soit privées (coopératives et mutuelles), soit mixtes (associations).
  • Non-lucrativité individuelle : les excédents financiers ne peuvent pas donner lieu à une appropriation individuelle.

Au programme de la quinzaine de l'ESS :

ESS_marie11_2016.JPG

  • Conférences
    • Mardi 15 novembre à 19h00, à la Fondation pour le Progrès de l’Homme (38, rue Saint Sabin – Paris) => La société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), un nouveau statut pour votre association ?
    • Mardi 29 novembre à 19h00, à la Pépinière 27 (27, rue du Chemin Vert – Paris) => Comprendre l'économie circulaire
  • Échanges autour de l'ESS
    • Mercredi 23 novembre à 19h00, Salle des mariages de la Mairie du 11e => Échanges autour de l’engagement solidaire et remises de trois prix à des associations et entreprises sociales innovantes agissant en France, ainsi que d’un prix « Coup de cœur du 11e ».
    • Jeudi 24 novembre à 18h30, Salle des fêtes de la Mairie du 11e => Atelier crowfunding
  • Balade-découverte
    • Vendredi 25 novembre de 14h30 à 16h30 => balade-découverte animée par un conférencier de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement (DEVE) de la Ville de Paris, à la rencontre des associations ou entrepreneurs sociaux du 11e.
  • Les rencontres de l'emploi dans l'ESS : Lundi 21 novembre, salle des fêtes de la Mairie du 11e
    • 14h30 - 16h : Atelier SUCCESS (18-30 ans) => « Découverte de l’économie Sociale et Solidaire »
    • 15h - 16h : Création d’activité
    • 16h - 18h : Atelier « Recherche d’emploi dans l’ESS »

Inscriptions obligatoires par mail en précisant votre nom, votre prénom, et le ou les ateliers choisis sur cette adresse : comm11@paris.fr
Retrouvez tous les détails du programme en téléchargeant ce document, ou sur le site de la mairie, .


Pour aller plus loin, retrouvez ici notre filmographie sur le thème de l'ESS.

Nouvelle projection du Centre audioviosuel Simone de Beauvoir : Les Portes d'Arcadie (17 novembre 2016)

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir vous donne rendez-vous pour sa prochaine soirée de projection-rencontre autour du film Les Portes d'Arcadie, de Carole Grand, en sa présence.

casdb_17nov2016.JPG

Réussir à mettre les bons mots sur ce qu'on a vécu et persuader de l'authenticité de son histoire n'est pas simple.
Et pourtant le seul moyen d’obtenir l’asile en France pour les lesbiennes ou pour les gays persécuté(e)s et menacé(e)s dans leur propre pays est de raconter son expérience intime de façon très détaillée.
Soir après soir, avec l'aide d’Ewa, bénévole de l'association ARDHIS, des femmes et des hommes ayant fui leur pays livrent leur vie. Ensemble, elles/ils reconstituent patiemment leur parcours car face à l’administration française, elles/ils doivent exposer ce récit fait de violence, d’intimidations et convaincre de la véracité des faits.

La séance sera suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Rendez-vous jeudi 17 novembre 2016 à 20h00
Au cinéma Luminor Hôtel de ville, 20 rue du Temple, Paris
Retrouvez tout l'agenda du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ici

mardi 18 octobre 2016

Projection exceptionnelle du Centre Simone de Beauvoir : "Les Yeux de Bacuri", en présence de Maria de Medeiros (1er novembre 2016)

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir vous propose une soirée de projection-rencontre exceptionnelle autour du film Les Yeux de Bacuri (Repare bem), de Maria de Medeiros, en sa présence.

casdb1ernov2016.PNG

Le jeune guérillero Eduardo Leite « Bacuri » meurt en 1970 aux mains de la dictature militaire brésilienne. Sa compagne Denise Crispim, emprisonnée alors qu’elle était enceinte, parvient à fuir au Chili après la naissance de la petite Eduarda. À Santiago, elle retrouve ses parents exilés. La violence de la répression rattrape la famille lors du coup d’État d’Augusto Pinochet, obligeant parents et enfants à se disperser à travers le monde.
Quarante ans après, Denise et Eduarda bénéficient d’une procédure de « réparation » proposée par le Ministère de la Justice brésilien à toutes les personnes victimes de la dictature.

Les Yeux de Bacuri a reçu en 2013 le prix Dom Quixote, le prix du Meilleur Long-métrage étranger et le Prix de la Critique au Festival de Cinéma de Gramado, au Brésil. Il a également reçu en 2014 le Prix du Meilleur film au FICIP, Festival International de Cinema Politique de Buenos Aires.

La séance sera suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Rendez-vous mardi 1er novembre à 21h00
Au Forum des images, Paris
Renseignements et inscriptions ici

jeudi 13 octobre 2016

La dixième édition du festival Alimenterre commence samedi !

Chaque année, du 15 octobre au 30 novembre, le CFSI coordonne le Festival Alimenterre, un évènement international qui amène les citoyens à comprendre les causes de la faim et à se mobiliser pour le droit à l’alimentation. Autour d'une sélection de films, le Festival invite à participer à des débats lors de projections et à rencontrer des acteurs divers venus d’ici et d’ailleurs qui œuvrent pour une agriculture et une alimentation durable. L'édition 2016 commence samedi !

bandeau-alimenterre2016.jpg

Nourrir 10 milliards d’humains en 2050 tout en préservant l’environnement : un défi pour des millions d’agriculteurs confrontés au changement climatique, à l’épuisement des ressources naturelles et à la concurrence mondiale. Face aux méfaits de la mondialisation : accaparement des terres, biopiraterie, brevetage des semences, conditions de travail précaires... se pose la question centrale du respect des droits des paysans et de chacun à se nourrir dignement.
En 2016, le Festival part à la rencontre de ces acteurs du changement, héros du quotidien : paysans, populations autochtones, élus, entrepreneurs, consommateurs, qui s’engagent en faveur d’une agriculture et d’une alimentation durables.
Pour combattre la faim qui affecte 800 millions de personnes dans le monde, les solutions émergeront-elles de ces initiatives ?

Au programme, 8 films pour débattre :

Du 15 octobre au 30 novembre 2016
Une projection est sans doute organisée près de chez vous ! Consultez le programme ici.

mercredi 5 octobre 2016

Exposition de l'association Canal Marches à la mairie du XXe arrondissement

L'association Canal Marches organise depuis 2009 son Université populaire audiovisuelle (Upopa). En parallèle, l'association a mené en 2016 un projet audiovisuel au sein du quartier Belleville - Ménilmontant. Une exposition qui se tient du 5 au 20 octobre à la Mairie du XXe arrondissement de Paris vous propose de découvrir ces deux pans de l'activité de l'association .

expo_canalmarches2016.jpg

  • « Aux caméras, citoyennes et citoyens ! »

Depuis 2009, avec l'Université populaire audiovisuelle de Canal Marches, 100 films vidéos ont été réalisés par des actrices et acteurs associatifs et des habitant-e-s des quartiers populaires d'Île-de-France.

  • « Belleville, Ménilmontant, terres d'accueil ? »

Belleville et Ménilmontant accueillent depuis des siècles réfugié-e-s et immigré-e-s du monde entier. Ces hommes, ces femmes, ces enfants traversent les frontières géographiques, fuient guerre et misère, et retrouvent trop souvent ici d'autres frontières, l’exclusion, le racisme.

Vous pouvez retrouver toutes les productions audiovisuelles réalisées dans la cadre de ce projet dans notre filmographie Belleville, Ménilmontant, terres d’accueil  ? : un parcours en image.

Exposition à découvrir Du 5 au 20 octobre, tous les jours sauf le week-end de 10h30 à 17h
Mairie du XXe arrondissement de Paris, Salon d’honneur, 6 place Gambetta
Jeudi 6 octobre à 18h : Ouverture / présentation du projet / projection spéciale
Plus d'informations ici

mardi 27 septembre 2016

Projection-rencontre du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir : Nos mères, nos daronnes (jeudi 29 septembre 2016)

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir reprend son cycle de projections mensuelles au cinéma Luminor Hôtel de ville jeudi 29 septembre, avec le film Nos mères, nos daronnes, de Bouchera Azzouz et Marion Stalens, suivie d'une discussion en leur présence.

CASDB_meres_daronnes.PNG

La « daronne », en argot issu du vieux français, c’est la mère, la patronne. Dans nos quartiers populaires les daronnes sont les femmes sur qui tout - ou presque – repose. Des vigies qui ne baissent jamais la garde.
À travers l’histoire des daronnes, ces mères courage des quartiers, ce film est un hommage à toutes celles qui incarnent le féminisme populaire. Femmes issues ou non de l’immigration, mères de familles, souvent femmes au foyer, mais aussi institutrices ou assistantes sociales, volontaires, travailleuses, souvent pilier central de la famille, elles ont su bousculer les traditions, braver les codes culturels pour construire peu à peu leur propre destin quittant les voies toutes tracées des vies auxquelles elles étaient destinées.

La projection sera suivie d'une rencontre avec les deux réalisatrices et Laurence Lascary, productrice.

Rendez-vous jeudi 29 septembre à 20h00
Au cinéma Luminor Hôtel de ville, Paris
Plus de renseignements ici

Appel à projet : résidence de réalisation "Frontières" au Musée de l'histoire de l'immigration

Le GREC (Groupe de Recherches et d'Essais Cinématographiques) et le Musée national de l’Histoire de l’Immigration lancent un quatrième appel à projet Frontières pour une résidence de réalisation d'un premier ou deuxième court métrage.

D'une durée de 6 mois, cette résidence permet au lauréat de finaliser l'écriture et réaliser un court métrage, de mener un carnet de résidence en ligne et d'organiser des animations au Musée autour de son projet. Une bourse est allouée au réalisateur en résidence, le film est produit par le GREC.

CNHI_residences.PNG

Durant six mois, le résident s'engage à :

  • Finaliser l'écriture, préparer et réaliser un court métrage autour des thèmes de la migration, de la fraternité et de l'égalité. Fiction, documentaire, animation, expérimental, film d'art… sont acceptés.
  • Produire un carnet de résidence en ligne (textes, images, enregistrements sonores, vidéos...)
  • Organiser des évenements et animations au Musée autour du projet de résidence :
    • Projection-rencontre avec un ou des invités (artistes, écrivains, réalisateurs, musiciens, historiens, scientifiques...)
    • Deux animations (visites guidées, ateliers dans les espaces du Musée ouverts au public (Médiathèque, hall, Forum, espaces d'exposition, parvis)

Cette résidence peut bénéficier de l'aide de la Sacem à la composition de musique originale si le projet le nécessite.

Retrouvez ici tous les détails de cet appel à projet, et télécharger le dossier d'inscription
Vous pouvez candidater jusqu'au 28 octobre 2016


Les résidences précédentes :

- page 2 de 24 -